série

10) L’écomusée de Rožnov pod Radhoštěm : un siècle de vie dans un village valaque

episode précédent
episode suivant

L’écomusée de Rožnov pod Radhoštěm, dans la région de Zlín, à l’est de la République tchèque, est le plus grand musée en plein air du pays. Il compte trois zones thématiques : la « ville en bois », le « village valaque » et la « vallée des moulins », où l’on peut visiter des maisons en rondins originales et déplacées depuis leur site d’origine, mais aussi des copies et des reconstructions de bâtiments historiques. Le tout campé, donc, dans la verdure, le long des berges de la Rožnovská Bečva, dans une vallée entourée par les magnifiques Beskides moravo-silésiennes.

Photo : Martina Schneibergová,  Radio Prague Int.

Un musée dont l’idée remonte aux années 1920, même si c'est seulement dans les années 1960 qu’a véritablement commencé la reconstruction des premières maisons en rondins et bâtiments agricoles. Déjà, à l’époque, l’objectif des fondateurs était clair : recréer une image aussi fidèle que possible d’un village valaque dans l’environnement culturel unique de cette région.

Le directeur Jindřich Ondruš revient sur l’histoire du musée :

Jindřich Ondruš | Photo: Michael Erhart,  ČRo

« En 2025, notre musée fêtera ses 100 années d’existence. En un siècle, il a connu une véritable métamorphose. A l’époque, on trouvait dans le parc municipal deux bâtiments complétés par quelques constructions. Mais l’écomusée s’est élargi de façon très importante : aujourd’hui, il se compose de la « ville en bois », du « village valaque », de la zone de Pustevny, ainsi que de la « vallée des moulins ». De plus, nous prévoyons l’ouverture d’un tout nouvel espace, dans lequel se trouveront des cabanes de berger. Par ailleurs, l’écomusée de Rožnov pod Radhoštěm est associé à trois autres écomusées en Bohême [à Zubrnice et à Hlinsko] et en Moravie [à Příkazy]. »

Photo : Martina Schneibergová,  Radio Prague Int.

L’écomusée de Rožnov pod Radhoštěm propose trois circuits de visite, guidée ou non, durant de 50 min à 2 h.

La vie dans une petite ville en bois

Photo : Martina Schneibergová,  Radio Prague Int.

Le circuit dénommé « la ville en bois » offre une visite de la plus ancienne partie du musée en plein air. En effet, c’est en 1925 qu’elle a ouvert au public. Située sur un terrain plat du parc municipal, « la ville en bois » reproduit la disposition d’une place de ville historique, avec un ensemble de bâtiments en bois provenant principalement de la place originale de la ville de Rožnov ainsi que des communes des environs. Ce circuit offre aux visiteurs un aperçu du mode de vie dans une petite ville du milieu du XIXe siècle au premier quart du XXe siècle.

Un village valaque reconstitué

Photo : Martina Schneibergová,  Radio Prague Int.

Le « village valaque » est la plus étendue des zones de visite de l’écomusée de Rožnov. La disposition de ses constructions en bois est fidèle à celle de nombreux villages établis sur les pentes des Beskides, et offre aux visiteurs une immersion dans la vie quotidienne du XVIIIe siècle aux années 1950. La plupart des bâtiments sont des originaux, intégralement transportés depuis leurs sites d’origine. Pour les autres, il s’agit de copies ou de reconstructions à l’identique d’après documents historiques. De plus, la disposition des fermes et l’arrangement des intérieurs ont été réalisés d’après des informations historiques et les histoires de familles ayant réellement existé.

L’utilisation des moulins et autres techniques

Moulin | Photo : Daniel Baránek,  Wikimedia Commons,  CC BY-SA 3.0

Alors que ces deux premiers circuits de visite mettent l’accent sur la vie de tous les jours, la « vallée des moulins » s’intéresse quant à elle au patrimoine architectural technique. Les bâtiments de cet espace ouvert au public en 1983 illustrent le développement et la spécialisation de l’économie des villages de la seconde moitié du XVIIe siècle au XIXe siècle. On peut y voir fonctionner un moulin à eau, une scierie, mais aussi un moulin à foulon, un mécanisme qui servait autrefois à fouler la laine. De plus, dans la forge à marteau-pilon, le visiteur peut observer le travail du forgeron. Sont également visibles des véhicules anciens et des machines agricoles de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle. A voir la richesse et la diversité des principes de physique ici mis en pratique, Jindřich Ondruš s’émerveille de l’ingéniosité de nos prédécesseurs :

Forge | Photo : Daniel Baránek,  Wikimedia Commons,  CC BY-SA 3.0

« C’est fascinant à quel point nos ancêtres étaient ingénieux. A ceux qui font la visite avec des enfants, nous proposons une démonstration des principes de physique élémentaires, expliqués de la façon la plus simple qui soit. Toute personne disposant d’un ruisseau ou d’un chenal, et capable d’y installer une roue de moulin, possédait ainsi un mécanisme pouvant actionner n’importe quoi, ou presque. »

Forge | Photo : Martina Schneibergová,  Radio Prague Int.

Monter à Pustevny

L’hôtel Maměnka | Photo : Václav Žmolík,  ČRo

Enfin, le site de Pustevny ne se trouve pas dans le centre de la ville de Rožnov pod Radhoštěm, mais à 1808 m d’altitude, sur les hauteurs du massif de Radhošť. Déclaré monument culturel national en 1995, Pustevny est un complexe architectural et urbanistique unique rassemblant, entre autres, des bâtiments en rondins de style populaire conçus par l’architecte slovaque Dušan Jurkovič à la toute fin du XIXe siècle. Deux de ces bâtiments, le réfectoire Libušín et l’hôtel Maměnka, ont conservé leur fonction d’origine, pour le plaisir des amateurs d’hébergement de caractère.

Photo : Martina Schneibergová,  Radio Prague Int.

Avec quatre itinéraires de visite variés, l’écomusée de Rožnov pod Radhoštěm en propose pour tous les goûts. Mais que ceux qui craignent que ces décors historiques et authentiques ne soient figés et ennuyeux se détrompent : dans l’esprit des fondateurs du musée – qui souhaitaient que celui-ci ne soit pas seulement un assemblage de bâtiments et d’objets, mais qu’il ait une vie – la direction actuelle propose nombre d’activités, d’événements et d’animations culturelles.

Ces dernières semaines, calendrier oblige, ce sont les traditions de l’Avent et de Noël qui sont mises à l’honneur. A l’occasion d’une animation sur ce thème, Anna Borová, qui travaille à l’écomusée, évoque la tradition des gaufrettes de Noël :

La préparation de gaufrettes de Noël | Photo : Martina Schneibergová,  Radio Prague Int.

« La préparation de gaufrettes de Noël est attestée depuis le VIIe siècle. Cette tradition est probablement liée à l’arrivée de Cyril et Méthode en Grande-Moravie. Ce qui est certain, c’est que la cuisson des gaufrettes est mentionnée dans la Bible de Velislav, qui date de la période 1325-1349. Dans cette Bible, une miniature représente saint Venceslas en train de cuire des gaufrettes. Cette tradition existe dans toute l’Europe centrale, mais surtout en Moravie du Nord, en Silésie, en Pologne, en Slovaquie, en Hongrie ainsi qu’en Lituanie. »

« Oplatky » et « vdolky » de Noël

Photo : Martina Schneibergová,  Radio Prague Int.

Autres douceurs aujourd’hui indissociables de l’Avent en République tchèque, les « cukroví » – ces mini pâtisseries aux parfums et aux formes variés, qui font la fierté (et le stress) des ménagères tchèques – n’ont pas toujours été présents sur les tables de Noël, comme l’explique Vanda Vrlová, de l’écomusée de Rožnov pod Radhoštěm :

Photo : Roman Verner,  ČRo

« Autrefois, on ne préparait pas de ‘cukroví’. A la place, on cuisinait des ‘vdolky’, des sortes de beignets. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle que la tradition des petits pains d’épice a commencé. Il n’y avait pas de ‘cukroví’ au sens où on l’entend aujourd’hui. Cela demandait trop de travail, et ça ne nourrissait pas ! Alors que les ‘vdolky’ étaient épais, fourrés de fromage blanc, de poire, de graines de pavot, de confiture de pruneaux, de myrtilles ou de chou. Ils étaient vraiment faits pour ne plus avoir faim. A l’écomusée de Rožnov, nous faisons des petits pains d’épices dans une ferme aménagée comme dans les années 1920-1930. Nos pains d’épices ont différentes formes : des maisons, des sapins… et nous les décorons avec un nappage blanc. Autrefois, les enfants recevaient des petits pains d’épices à la saint Nicolas. Ils s’en servaient comme jouets avant de les manger. Et puis ils servaient aussi à décorer l’arbre de Noël ou la maison. »

Photo : Roman Verner,  ČRo

Coutumes et croyances de Noël

Photo : Gabriela Hykl,  ČRo

Šárka Kramolišová explique d’ailleurs comment étaient autrefois décorées les maisons pour Noël, et quelles étaient les coutumes liées à ce moment fort de l’année :

« Les meubles et équipements de la maison dans laquelle nous nous trouvons actuellement sont modernes, car on vivait encore dans cette maison en 1949. On y trouve par exemple une radio, et il y a l’électricité. Un arbre de Noël y est suspendu au plafond, afin de ne pas occuper trop d’espace dans la maison. Car les familles avaient beaucoup d’enfants. C’est une coutume qui est arrivée dans le pays il y a plus d’un siècle. »

Photo : Martina Schneibergová,  Radio Prague Int.

« Le soir du réveillon de Noël, les gens prédisaient l’avenir en le lisant dans une pomme coupée horizontalement. Si vous y trouvez une étoile, vous serez en bonne santé toute l’année. De la même façon, les familles lâchaient des petits bateaux sur l’eau. Chacun des membres de la famille avait son petit bateau, et si tous les bateaux restaient groupés, cela voulait dire que la famille allait rester soudée. Si l’un des bateaux se détachait du groupe, cela voulait dire que cette allait partir voir le monde. »

« Une autre coutume consistait à placer de l’argent sous les assiettes, pour porter chance. De nos jours, on y place une écaille de carpe. »

Et pour ceux qui souhaiteraient se mettre dans l’ambiance d’un Noël valaque comme autrefois, l’écomusée de Rožnov pod Radhoštěm prévoit deux événements culturels d’ici la fin de l’année : une crèche vivante les 18 et 19 décembre à 17 h, ainsi que, le 26 décembre, un concert de chants de Noël interprétés par le groupe Mezříčan, qui fera résonner l’église Sainte-Anne de la « ville de bois » de l’atmosphère des Noëls du début du XXe siècle.
https://www.nmvp.cz/roznov/program/akce

10
default
mot-clé: