100+1 symboles tchèques pour mieux vendre l'image du pays à l'étranger

r_2100x1400_radio_praha.png

Le ministère tchèque des Affaires étrangères vient d'annoncer les résultats d'un concours organisé pour trouver les 100 meilleurs symboles qui peuvent représenter au mieux le pays auprès d'un public étranger. Les résultats de cette enquête à laquelle ont participé près de 25000 personnes ont apporté quelques surprises.

A la base de ce sondage, le ministère a lancé au début du mois de juillet 50 propositions réparties dans cinq catégories différentes : la culture, le patrimoine, la science, l'industrie et le commerce, et la nature. Les lecteurs du nouveau serveur internet Aktualne.cz ont fait le reste et ajouté une catégorie : le sport.

D'abord quelques chiffres : les internautes ont soumis près de 300 propositions pour symboliser leur pays. Les 20 premières des six catégories sont restées. Parmi les propositions les plus souvent soumises figuraient notamment les lentilles de contact, invention d'Otto Wichterle, et sans surprise, la traditionnelle bière tchèque, qui jouit d'une excellente réputation à l'étranger.

Petite précision qui a son importance : il n'y a pas 100 symboles mais en fait 101 qui ont été choisis comme les plus représentatifs. Le 101e est un personnage de la plus haute importance dans la société tchèque, un génie dont les aventures ont passionné et passionnent les Tchèques, toutes générations confondues.

Ce personnage, pour qui une catégorie à part a dû être créée à la demande du public, c'est Jara Cimrman. Un personnage fictif créé de toutes pièces par une bande de copains dans les années soixante et qui fait partie du patrimoine tchèque, au même titre que le brave soldat Chveïk. Ce brave soldat, connu à l'étranger grâce aux nombreuses traductions du roman de Jaroslav Hasek est, lui, officiellement classé à la treizième place de la catégorie « Culture ».

Le phénomène Cimrman est quant à lui difficilement palpable et compréhensible pour un public non-tchèque. Pour beaucoup, il représente le mieux cette faculté qu'ont les Tchèques de se tourner eux-mêmes en dérision. 90% des participants ont donc insisté pour que Jara Cimrman fasse partie des symboles de leur pays.

Outre le souci consistant à trouver une place dans ce classement à l'immense Jara Cimrman, les initiateurs de l'étude ont dû résoudre quelques petits problèmes méthodologiques. D'abord, ils se sont demandés s'il fallait inclure ou non dans leur classement des personnalités qui n'étaient pas tchèques au sens ethnique du terme. Fallait-il inclure Franz Kafka, Johann Gregor Mendl ou Viktor Kaplan par exemple ? 80% des votants ont répondu par l'affirmative.

Autre souci des enquêteurs : les sociétés tchèques aujourd'hui détenues par des capitaux étrangers peuvent-elles rester des symboles tchèques ? Les voitures Skoda ou la plupart des grandes brasseries du pays sont dans ce cas. Et puis certaines inventions controversées peuvent-elles donner une bonne image de la République tchèque à l'étranger ? La question s'est surtout posée à propos du Semtex, explosif à la triste réputation, qui s'est finalement glissé à la onzième place du Top 20 des sciences et techniques.

Avant les résultats complets et les vainqueurs de cette enquête, petit retour sur les grands perdants et les surprises. Jana Adamcova était chargé du projet pour le ministère des Affaires étrangères : « Ce qui nous a surpris, c'est par exemple que ne figurent pas dans le classement le plus grand stade du monde, le stade de Strahov à Prague, et l'une des plus grandes statues équestres du monde, celle de Jan Zizka, sur la colline de Vitkov à Prague. »

Et Jana Adamcova ajoute que plusieurs choses inattendues ont été proposées par les participants : elle évoque notamment les sacs en plastique comme « complément vestimentaire typique » en République tchèque ou ces colonies entières de cabanes de jardin que l'on trouve souvent à la sortie des villes et que beaucoup considèrent comme une construction typiquement tchèque.

Le reliquaire de Saint-Maur, photo: NPÚ
On passe maintenant au résultat final. Et on commence par la catégorie « Patrimoine », remportée par le monument le plus célèbre de la capitale tchèque, au coeur d'une polémique ces derniers jours car prisé par une marque de luxe pour en faire un lieu de fête : le Pont Charles. Suivi de près par la synagogue Vieille-Nouvelle de Prague. Viennent ensuite le reliquaire de Saint-Maur et les joyaux de la couronne tchèque, et en cinquième position la Villa Tugendhat de Brno, l'un des édifices fonctionnalistes les plus connus au monde et qui fait partie du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Les orgues de pierre de Kamenicky Senov, photo: Štěpánka Budková
Dans la catégorie « Curiosités naturelles », ce sont les orgues de pierre de Kamenicky Senov qui terminent en première position, devant le Kladruber ou cheval de Kladruby, une race unique de chevaux élevés en Bohême depuis le Moyen-âge. La signalisation touristique, connue pour être irréprochable, arrive en troisième position devant les campanules - ces petites fleurs bleues en forme de clochette - et en cinquième position les rochers Teplicko-Adrspasske skaly de la « Suisse de Bohême », dans le nord-est du pays.

Culture : c'est une femme qui l'emporte. Il y a d'ailleurs deux femmes dans ce Top 5 culturel tchèque de tous les temps. La première place revient à Ema Destinova, cantatrice exceptionnelle née en 1878 et disparue en 1930. En deuxième position, c'est une chanson, Skoda lasky, apparemment la chanson tchèque la plus connue à l'étranger et reprise dans tous les stades du monde.

Sur la troisième marche du podium, Leos Janacek, célèbre compositeur. Au pied du podium, Sainte Agnes de Bohême, fille du roi Premysl Otakar I, canonisée en 1989. Et c'est un autre des plus célèbres compositeurs tchèques, Antonin Dvorak qui prend la cinquième position du classement, juste devant le peintre Frantisek Kupka. A noter que seuls trois contemporains se sont hissés dans ce Top 20 de la Culture. La chanteuse d'opéra Magdalena Kozena, en huitième position, l'architecte Jan Kaplicky en 16e et le réalisateur Milos Forman en 17e position.

Dans la catégorie « Sciences et techniques », c'est l'inventeur Frantisek Krizik qui prend la première place. L'inventeur de la lampe à arc termine juste devant Antonin Holy, chimiste contemporain auteur de recherches d'une importance considérable notamment dans la lutte scientifique contre le virus du SIDA et l'hépatite B. Jaroslav Heyrovsky, Jan Jansky, et Jaroslav Cerny, respectivement chimiste, psychiatre et égyptologue du début du XXe siècle referment ce top 5 scientifique.

La cinquième catégorie, celle de 'l'industrie et du commerce', est remportée haut la main par le verre et le cristal de Bohême. Le nom de la société qui prend la deuxième place ne dira rien à tous ceux qui ne suivent pas les compétitions de hockey sur glace. Gufex, ainsi s'appelle cette entreprise tchèque qui fabrique des palets à la réputation internationale. Les palets Gufex ont notamment été utilisés lors des derniers JO d'hiver à Turin. La troisième place, dans cette catégorie industrie et commerce revient aux gauffrettes rondes, les « lazenske oplatky », une tradition culinaire vieille d'un siècle et demi, qui se fabriquent et dégustent dans les stations thermales de Bohême. Des armes et des bijoux viennent refermer ce Top 5, avec les armes légères comme le pistolet CZ-75 ou la mitrailleuse vz.61 et la société Jablonex, créatrice de bijoux depuis cinquante ans dans le nord de la Bohême.

Roman Sebrle, photo: Eckhard Pecher, CC BY 2.5 Generic
On termine avec la dernière catégorie, créée à la demande des participants à l'enquête, la catégorie Sport. Et c'est le décathlonnien Roman Sebrle qui l'emporte sur le fil devant la fondeuse Katerina Neumannova et le hockeyeur Jaromir Jagr. Le hockey tchèque dans son ensemble prend d'ailleurs la quatrième place, suivi par le skieur acrobatique Ales Valenta. A noter que la légende du marathon, Emil Zatopek, décroche la sixième place.

Alors que compte faire le ministère des Affaires étrangères avec les résultats de cette enquête destinée à propager l'image du pays ? « Bien sûr, nous présentons déjà les symboles tchèques les plus connus comme le cristal de Bohême ou la bière, mais cette enquête nous a permis de cerner quels étaient les symboles un peu moins connus du pays et aussi de connaître l'opinion du public, sur ce qu'il considère comme prioritaire dans la présentation de leur Etat », répond Jana Adamcova.