2006, l'année des adieux de Jan Zelezny et Martina Navratilova

Martina Navratilova photo: Michal Pohorelsky, CC BY 3.0 Unported

Deux légendes du sport tchèque ont fait leurs adieux à la compétition cette année. Si Martina Navratilova a mis un terme à sa carrière de joueuse de tennis, en septembre à New York, en inscrivant à son palmarès un ultime titre du Grand Chelem peu avant de fêter ses cinquante ans, Jan Zelezny, fidèle à lui-même, a, lui, lancé une ultime fois son javelot quelques jours plus tard dans la discrétion, lors d'une exhibition organisée dans sa ville natale de Mlada Boleslav, en Bohême centrale. Retour sur deux des moments forts de l'année sportive en République tchèque.

Deux carrières mais aussi deux parcours hors du commun. La vie de Martina Navratilova, qui quitta la Tchécoslovaquie pour les Etats-Unis à l'aube de ses vingt ans, en 1975, pour vivre son rêve, fera peut-être même un jour l'objet d'un film à l'eau de rose comme seul Hollywood sait en produire. Mais l'histoire de Jan Zelezny, né prématurément à sept mois en 1966 avec un pied gauche mal formé, vaut, elle aussi, son pesant d'émotions. L'enfant fragile souvent malade et blessé est pourtant devenu triple champion olympique et triple champion du monde de sa discipline. Et même s'il regrette sans doute un peu de n'être jamais parvenu à lancer son javelot au-delà des 100 mètres, son record du monde à 98,48 m vieux de déjà dix ans ne semble pas prêt d'être battu.

Martina Navratilova, photo: Michal Pohorelsky, CC BY 3.0 Unported
En septembre dernier, sur le stade qui porte son nom et sous les yeux d'un petit millier de spectateurs venus lui rendre un dernier hommage, Jan Zelezny a donc définitivement arrêté, non sans s'être fait un dernier plaisir quelques semaines plus tôt aux Championnats d'Europe de Göteborg en remportant une médaille de bronze. Pour autant, le jeune retraité, déjà membre de la commission des sportifs du Comité International Olympique, n'entend pas quitter les aires de lancer puisqu'il s'est lancé dans des études d'entraîneur à la Faculté de l'Education physique et du Sport de l'Université Charles à Prague.

Quant à Martina Navratilova, après un demi-siècle passé sur les courts, elle a entamé, comme l'a titré un journal pragois, le second set de sa vie. Mais avant de continuer, entre autres, à défendre la cause de la communauté gay et lesbienne ou à critiquer la politique du président Bush, la joueuse la plus titrée de l'histoire du tennis a fini en beauté en enrichissant sa collection de 58 titres du Grand Chelem d'une ultime victoire en double mixte à l'US Open.

Si les Tchèques et les amateurs de sport plus généralement peuvent donc regretter de voir partir deux grands champions, ils peuvent toutefois également apprécier de les voir se retirer à un des sommets de leurs monumentales carrières.