70 ans après, le texte des Accords de Munich est exposé à Prague

Le directeur de l'Institut militaire historique Aleše Knížek et Přemysl Sobotka avec la copie des Accords de Munich, photo: CTK

Une copie des Accords de Munich est pour la première fois dans la capitale tchèque, 70 ans après la signature de ce texte par Hitler, Mussolini, Chamberlain et Daladier. Ce document historique est exposé dans le palais Kolowrat, ancien siège du gouvernement tchécoslovaque, aujourd’hui siège du Sénat tchèque.

Le directeur de l'Institut historique militaire Aleš Knížek et Přemysl Sobotka avec la copie des Accords de Munich, photo: CTK
Quatre pages seulement mais une importance historique considérable. Le texte aurait pu être encore plus court mais l'original a été tapé en caractères anormalement grands, pour permettre à Hitler, qui ne voulait pas porter de lunettes en public, de le lire sans difficultés.

Un accord entre l’Allemagne nazie, l’Italie fasciste, la France et la Grande-Bretagne qui signifiait le dépeçage de la jeune République tchécoslovaque, le 29 septembre 1938, 20 ans seulement après sa naissance. Pour l’historien militaire Jan B. Uhlíř, il s’agit « d’un des documents-clés de notre histoire moderne » :

« Il ne s’agit pas seulement de la perte de territoires et de populations. Il s’agit aussi de la perte d’illusions et de la perte de la confiance en nos alliés. »

Le 29 septembre 1938, Adolf Hitler signe les Accords de Munich
Le document est exposé près du salon vert du Palais Kolowrat, là même où, le 30 septembre 1938, le gouvernement tchécoslovlaque dirigé par le général Jan Syrový a pris connaissance du contenu de ces accords et de la perte au profit du Reich d’un tiers du territoire du pays (les Sudètes), de 40% de son industrie, et de près de cinq millions de ses citoyens. Přemysl Sobotka, président du Sénat :

Les signatures sur le document
« C’est ici qu’à l’époque le monde s’est effondré pour la Tchécoslovaquie. En réalité la signature de ce plan de paix a été le début d’une énorme tragédie. »

La copie de ce document historique désormais exposée au Sénat a été obtenue grâce au ministère allemand des Affaires étrangères. L’original allemand, que les Tchèques n’ont pas réussi à obtenir, a été exposé pour la première fois l’année dernière en Bavière. Il devrait encore exister trois autres originaux, en Grande-Bretagne, en France et en Italie.

Les Accords de Munich devraient être le sujet du prochain film du réalisateur tchèque Miloš Forman, qui souhaiterait adapter à l’écran le livre du Français George-Marc Benamou intitulé « Le fantôme de Munich ».