A l’Est, du nouveau : 10 ans de films d’Europe centrale et orientale

a_lest_du_nouveau2015.jpg

Du 17 au 24 avril se déroule à Rouen la dixième édition du festival du cinéma d’Europe centrale et orientale, A l’Est, du nouveau. D’abord centré autour de la République tchèque lors de sa toute première édition, le festival a élargi sa programmation et s’intéresse désormais à tous les pays de cette grande région. Il a même essaimé dans le monde puisqu’il se déroule également en Amérique du Sud, à Lima, et depuis peu à Buenos Aires. Radio Prague a demandé à Markéta Hodoušková, directrice exécutive du festival, ce que représentait cette édition-anniversaire.

Markéta Hodoušková, photo: Centres tchèques
« Pour nous, c’est une année charnière. C’est un grand anniversaire. L’histoire du festival a commencé il y a treize ans, mais il y a eu trois années qui n’ont pas pu se faire pour cause d’instabilité financière. Mais cette année est exceptionnelle car on a obtenu deux petites subventions, de la Commission européenne pour promouvoir les films d’Europe centrale et orientale et les pays concernés par le futur élargissement de l’Union européenne, soit la Serbie, la Macédoine, le Kosovo… Cette année on a enrichi la programmation du festival de films de ces pays ainsi que de certains événements parallèles, comme des expositions, des table-rondes, des ciné-concerts. Nous allons accueillir plus d’invités que les années précédentes. Nous essayons de lancer une dynamique pouvant rendre le festival professionnel et pour faire de ce festival le rendez-vous du cinéma d’Europe centrale et orientale en France. »

Il y a beaucoup de pays représentés, ce qui nous intéresse c’est évidemment la République tchèque. Il y a le film Cesta Ven, de Petr Václav notamment…

« En fait, nous allons accueillir le film de Petr Václav dont la première s’est déroulée dans le cadre de la sélection de l’Acid à Cannes l’an dernier. Ce film sortira bientôt en France. Nous accueillons le réalisateur et le film en avant-première. Petr Václav va participer à une table-ronde au cours de laquelle nous discuterons de la diffusion des films comme le sien en France. Cette année, nous avons décidé de nous aventurer aussi dans une collaboration avec l’école de cinéma de Prague, la FAMU. Dans le cadre de ce partenariat, nous allons montrer des films récents réalisés par les étudiants de cette école de cinéma à Prague. Comme la réalisatrice Věra Chytilová a été enseignante dans cette école, et y a étudié, nous allons montrer un de ses films de l’époque où elle était étudiante. C’est le film Strop (Le plafond). »

Parmi toute la sélection, y a-t-il un film qui vous tient particulièrement à cœur ?

'Des cailloux dans me poches', photo: Site officiel du festival A l’Est du nouveau
« Je ne veux pas être partiale. Mais j’ai une petite faiblesse pour un film rare, un film letton, d’animation. Il a été réalisé par une Lettonne, Signe Baumann, qui vit aujourd’hui à New York. C’est rare d’avoir accès à un pays à travers un film d’animation. Ce film a été sélectionné à Karlovy Vary : c’est là que nous l’avons découvert. C’est aussi la première fois que nous montrons un film en provenance de Lettonie. »

Pouvez-vous nous parler des partenariats qui ont été développés en Amérique du Sud, notamment à Lima et à Buenos Aires ?

« A l’Est de Lima va avoir sa sixième édition cette année. C’est notre petit frère avec lequel nous partageons l’équipe de programmation mais aussi le programme. Cette année, ce festival va offrir une meilleure visibilité à Věra Chytilová puisqu’il y aura une rétrospective de cette réalisatrice tchèque. A partir de ce festival est né un troisième festival du cinéma d’Europe centrale et orientale. Il commence à se former à Buenos Aires. Il a eu une première édition pilote l’an dernier. Cette année, nous pensons développer une vraie première édition en Argentine qui reprendra certains films de la programmation de notre festival. »

www.alest.org