Athlétisme - Mondiaux d'Osaka : enfin une médaille

Katerina Badurova, photo: CTK

La République tchèque a obtenu, mardi, sa première médaille aux Championnats du monde d'Osaka, au Japon, grâce à Katerina Badurova qui s'est classée deuxième du concours du saut à la perche remporté comme prévu par l'inévitable Yelena Isinbayeva.

Katerina Badurova, photo: CTK
On s'en souvient, à une certaine époque, entre les milieux des années 1980 et 1990, la perche masculine était écrasée par la domination de celui qui avait été surnommé le « Tsar de la perche », l'Ukrainien Sergueï Bubka. Aujourd'hui, la même domination est exercée sur la perche féminine par la Russe Yelena Isinbayeva, reine incontestable de l'une des disciplines les plus récentes de l'athlétisme, puisqu'elle n'est apparue qu'en 1999 aux Mondiaux de Séville et en 2000 aux Jeux olympiques de Sydney.

C'est donc sans surprise qu'Isinbayeva a conservé son titre de championne du monde acquis il y a deux ans à Helsinky. La seule perchiste à avoir un jour franchi les 5 mètres n'est toutefois pas parvenue à orner sa médaille d'or d'un nouveau record du monde, comme elle l'avait fait en Finlande, puisqu'elle a échoué dans ses trois tentatives à 5,02 m. Son saut à 4,80 m lui a toutefois amplement suffi pour devancer ses adversaires, dont la première d'entre elle, Katerina Badurova.

Isinbayeva évoluant sur une autre planète que ses concurrentes, la médaille d'argent obtenue par la Tchèque a par conséquent presque la saveur d'une victoire. Pour réaliser le meilleur résultat de sa carrière et devancer les nombreuses prétendantes au podium, parmi lesquelles Vanessa Boslak dont le nouveau record de France à 4,70 m s'est avéré insuffisant, Katerina Badurova, 24 ans, a amélioré de cinq centimètres le record de République tchèque pour le porter à 4,75 m, une barre qu'elle a franchie dès son premier essai. Une réussite initiale décisive pour Badurova, puisque si la Russe Svetlana Feofanova, troisième, et la Polonaise Monika Pyrek, quatrième, ont également franchi 4,75 m, il leur a toutefois fallu un plus grand nombre d'essais pour y parvenir.

Pour Katerina Badurova, ancienne gymnaste reconvertie, le concours a toutefois bien failli s'arrêter à 4,70 m, puisque la Morave n'a égalé ce qui était alors encore à ce moment du concours le record national qu'à son troisième essai après s'être fait quelques frayeurs, comme elle l'a expliqué à sa sortie de la piste :

Katerina Badurova, photo: CTK
« Lorsque j'ai manqué de très peu mon deuxième essai à 4,70 m, je me suis dit que ce n'était pas possible, que c'était pour moi une hauteur maudite et qu'encore une fois j'allais finir mon concours avec cette limite comme cela m'est déjà arrivé lors de quelques meetings précédents cette saison. Finalement, la troisième tentative a été la bonne et après, à 4,75 m, je dois dire qu'à l'inverse, j'ai eu un petit peu de réussite. »

Un peu de réussite qui a donc permis à Katerina Badurova d'offrir la première médaille de ces Mondiaux à la République tchèque, après la déception de la lanceuse de disque Vera Pospisilova-Cechlova, éliminée dès les qualifications du concours du lancer du disque, et avant celle du sauteur en hauteur Tomas Janku, seulement cinquième, mercredi, après avoir échoué à 2,33 m. Quant aux autres espoirs de podium et de victoire, ils reposent désormais sur les épaules de la lanceuse de javelot Barbora Spotakova et du décathlonien Roman Sebrle, dont le duel avec l'Américain Brian Clay devrait constituer un des temps forts de ces Mondiaux.