« Avoir l'âme sur la langue »

r_2100x1400_radio_praha.png
0:00
/
0:00

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Fête de la Toussaint - Svátek všech Svatých, et Journée de la commémoration des défunts - Dušičky, oblige, c'est aux expressions relatives non pas aux saints ou aux morts, mais à l'esprit - duch, et à l'âme - duše, que nous allons nous intéresser pour cette fois. L'âme parce qu'elle est le principe de vie et de pensée de l'homme, et l'esprit, par opposition au corps, parce qu'il est le principe immatériel vital, un équivalent en quelque sorte, un synonyme de l'âme. Toutefois, en tchèque comme en français, les termes « esprit » et « âme » possèdent une multitude de significations selon les contextes dans lesquels ils sont employés comme nous allons le découvrir.

S'il convient de s'intéresser à un esprit - duch - plus qu'à un autre en cette période de Toussaint, fête de tous les saints comme son nom l'indique, quoi de plus logique que de commencer avec les nombreuses expressions faisant référence au Saint-Esprit - Svatý duch ? Récemment, dans une émission traitant des comportements manquant de bon sens et même d'esprit (dans le sens d'activité intellectuelle), nous avions ainsi découvert l'emploi relativement fréquent pour désigner un idiot de deux expressions selon lesquelles « l'Esprit Saint a oublié de l'illuminer » - « Duch svatý ho zapomněl osvítit » - et « il dormait lorsque l'Esprit Saint (ou le bon Dieu, au choix) distribuait la raison, l'intelligence » - « zaspal, když svatý Duch rozum rozdával ». Toujours à propos de quelqu'un de bête, de sot, on pourra également dire, en tchèque comme en français, qu' « il n'a pas le don de l'Esprit-Saint » - « nemá dar Ducha Svatého ».

En revanche, si vous entendez dire de quelqu'un qu' « il est comme un esprit » - « duše » désigne uniquement l'âme, en revanche « duch » peut, selon les circonstances, aussi bien signifier « esprit » et « âme », et il est vrai que la nuance entre les deux est parfois ténue. Ainsi, comme équivalents de « être comme un corps sans âme » ou « errer comme une âme en peine » pour les personnes tristes, seules, on trouve « být/chodit jako bez ducha » ou encore « chodí jako bludná duše ». « je jako duch » - ou qu' « il marche comme un esprit » - « chodí jako duch », cela indique qu'il est très faible, malade sur le point de mourir, ou alors qu'il a l'esprit, ses pensées, ailleurs qu'à ce qu'il fait. Ceci dit, précisons encore que si quelqu'un « est comme un esprit », cela signifie plutôt qu'il a l'apparence d'un revenant, d'un fantôme, « duch » désignant dans ce cas un être incorporel, l'âme d'un mort...

Une magnifique formule qui peut aussi vouloir dire que l'individu en question est franc, honnête. De manière peut-être un peu moins élégante, d'une personne âgée qui ne peut pas mourir, qui est restée trop longtemps sur terre et qui attend d'être délivrée de la vie, on chuchotait parfois que « son âme a séché » - « duše » est lui aussi à l'origine de plusieurs expressions dont certaines méritent d'être relevées pour leur sens figuré. Tout d'abord, bien entendu, et bien qu'ils constituent un des peuples parmi les plus athées au monde, les Tchèques remettent tout de même leur âme à Dieu - « odevzdat duši Bohu » - au moment de quitter ce monde, de pousser leur dernier soupir ou, si vous préférez, de « rendre l'âme » - « vypustit duši ». De quelqu'un qui repose sur son lit de mort, qui est en train de mourir, les Tchèques disaient autrefois très joliment qu' « il a l'âme sur la langue, sur les lèvres » - « má duši na jazyku ». « zaschla v něm duše », tristement à l'image d'une fleur fanée, séchée.

Et puis pour conclure sur note un peu plus positive et joyeuse, mentionnons encore cette bien belle expression qui veut que deux personnes qui s'entendent, se comprennent parfaitement et possèdent les mêmes traits de caractère forment tout simplement dans deux corps « une seule âme (ou un seul coeur) » - « být jedna duše (jedno srdce) ».

Et même si nous n'avons pas encore « l'âme sur la langue », c'est ainsi que prend fin de « Tchèque du bout de la langue » consacré aux expressions relatives à l'âme et à l'esprit. Notons encore que de quelqu'un de gentil, généreux, bienveillant, en un mot bon esprit, on dira parfois qu'il serait prêt à « partager son âme » - « duši by rozdělil ». Dès la semaine prochaine, nous ne partagerons certes pas notre âme, mais partagerons un nouveau moment en votre compagnie pour découvrir d'autres richesses et curiosités de la langue tchèque. En attendant, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp!, portez le soleil en vous pour cette fête de la Toussaint, dans votre âme et votre esprit si l'on s'en tient à la traduction littéraire de « slunce v duši », salut et à bientôt - zatím ahoj!