Basket : les filles de l’USK Prague championnes d’Europe

La española Laia Palau (alzando la copa) figura entre las mejores jugadoras del equipo checo. (Foto: ČTK)

Organisateur du Final Four, l’USK Prague a remporté l’Euroligue féminine de basket dimanche. Après s’être défaites de Fenerbahçe Istanbul en demi-finales (62-49), vendredi, les Pragoises ont de nouveau créé la surprise en finale en dominant les Russes d’Iekaterinbourg.

USK Prague, photo: ČTK
L’autre performance tchèque du week-end a donc été signée par les basketteuses de l’USK Prague. Au terme d’un Final Four (tournoi final réunissant les quatre équipes demi-finalistes d’une compétition) à domicile, les Pragoises ont remporté l’Euroligue en battant en finale les Russes d’Iekaterinbourg (72-68), dimanche, et ce malgré les dix-neuf points et neuf rebonds de l’intérieure française Sandrine Gruda. Sept ans après le dernier titre de Brno (vainqueur de la compétition en 1999, 2006 et 2008), un nouveau club tchèque a donc été sacré champion d’Europe de basket féminin. Un titre auquel l’ailière Jana Veselá, qui a déjà vécu de pareilles émotions avec Brno en 2006, Valence en 2012 ou l’équipe nationale en 2005, avait elle-même presque du mal à croire :

« Le fait que les Russes étaient les grandes favorites sur le papier était un avantage certain pour nous. Déjà avant la demi-finale contre Fenerbahçe, personne ne nous voyait nous qualifier. Les trois autres équipes étaient de très grande qualité tandis que nous étions clairement les outsiders. Mais c’est toujours plus facile d’aborder un tournoi dans ces conditions, sans pression, en plus avec le soutien d’un public qui ne nous aurait rien reproché si nous n’avions pas gagné. Nous nous sommes donc dit que nous n’avions rien à perdre, qu’il fallait profiter d’un tel match, donner le maximum et advienne que pourra. »

USK Praha - Iekaterinbourg, photo: ČTK
Si l’USK Prague doit le premier titre européen de son histoire en grande partie à son duo américain Danielle Robinson et Kia Vaughn, auteures respectivement de 24 points pour la première et de 18 points et 12 rebonds pour la seconde en finale, il le doit aussi aux quatre joueuses tchèques, Jana Veselá, Ilona Burgová, Kateřina Elhotová et Eva Vitečková (absente du Final Four pour cause de grossesse), vice-championnes du monde avec l’équipe nationale en 2010 et qui ont composé son effectif cette saison. C’est bien de ne pas l’oublier non plus…