« Brainstorming » pour les directeurs de tous les centres tchèques

r_2100x1400_radio_praha.png

Cette semaine, les directeurs des 22 centres tchèques dans le monde et de la Maison tchèque à Moscou sont réunis à Prague, pour une rencontre annuelle de séminaires consacrés aux objectifs de la promotion de la culture tchèque à l'étranger pour l'année à venir. Radio Prague a rencontré Jitka de Préval, qui a succédé à Michael Wellner-Pospisil à la tête du centre tchèque à Paris.

« On se réunit depuis lundi matin. On a vu les représentants du ministère des Affaires étrangères qui nous ont mis à jour toutes les nouveautés, les lignes culturelles que le ministère compte entreprendre avec notre collaboration. Et aussi les moyens financiers et les restrictions pour réaliser ces objectifs. »

Quelles sont les bonnes et les mauvaises nouvelles alors ?

« Les bonnes nouvelles, c'est que tout le monde a envie de travailler et que le ministère est très content de ce que nous faisons à l'étranger, de l'image de la culture tchèque que nous donnons dans nos pays d'accueil. Les mauvaises nouvelles, c'est que les finances n'augmentent pas, elles restent à peu près pareilles. On doit donc beaucoup compter sur nous-mêmes et sur nos efforts pour trouver des sponsors qui peuvent aider à promouvoir la culture tchèque à l'étranger. »

Comment cela se passe-t-il ? Votre ministère de tutelle vous donne les grandes lignes et ensuite, chaque centre s'adapte selon le pays où il se trouve ?

« Oui, c'est cela. Nous avons tous un budget qu'on essaye d'exploiter au mieux pour les activités qu'on a envie de présenter dans nos pays respectifs. Parce que nos pays sont différents et reçoivent la culture tchèque de manière différente. Il y a des traditions qu'on a envie de prolonger ou alors des traditions qu'on est obligés de créer, car il y a des pays où il n'y avait pas de traditions d'échanges culturels, c'était des pays lointains où c'était souvent compliqué. »

Quelles sont les grandes lignes qui ont été déterminées pour l'année à venir ?

« L'année la plus importante, en fait, c'est 2009 où la RT assurera la présidence de l'UE. Il va falloir que tout le monde se mette ensemble pour proposer des choses un peu plus spectaculaires que d'habitude. Il faut savoir où focaliser l'argent, comment penser l'année 2009 pour ne pas trop se disperser. »