Ça va les touristes ?

Prag
0:00
/
0:00

Nouvel épisode de notre petite série estivale, dans laquelle nous donnons la parole aux touristes en visite dans la capitale tchèque pour qu'ils nous livrent leurs impressions, bonnes et mauvaises, sur le tourisme ici. Aujourd'hui avec une famille du plat pays :

« Je m'appelle Félicie, j'ai 21 ans et je viens de Liège en Belgique. C'est la première fois que je suis à Prague. »

C'était quoi pour vous Prague avant de venir ?

« Ben justement, je n'avais aucune idée et même aucun stéréotype sur la Tchéquie. On m'en a peu parlé à l'école. Je me disais qu'il était temps que je vienne pour voir enfin un peu à quoi ça ressemblait. J'avais déjà entendu beaucoup de bien de cette ville et je suis agréablement surprise. »

Qu'est-ce qui vous a agréablement surprise ?

« La beauté de la ville. C'est ce que je disais tantôt à ma famille, partout où on tourne la tête c'est joli ! »

Votre endroit préféré ?

« Difficile à dire après seulement quatre jours... J'aime bien le Pont Charles mais ce que je préfère c'est me promener dans les petites ruelles, avec moins de touristes et plus calmes. »

Quelles sont les choses désagréables dans le tourisme à Prague ?

« C'est le monde... On est en plein milieu du mois d'août donc c'est aussi à mon avis le pic de la saison. Par exemple on a été visité le château, et il y avait trop de gens. C'est un peu dommage, on voit moins bien, ça casse un peu. Mais bon, on essaie d'imaginer sans ça, et puis on en fait partie aussi... »

Qu'est-ce qu'il vous reste à voir ?

« Il nous reste une demi-journée et plein de choses à voir. Là on va voir le musée du cubisme, mais sinon on reviendra parce qu'on n'a jamais tout vu en quatre jours. Et puis les cadeaux... Qu'est-ce qu'on a acheté ? »

Le père : « Des produits pour le bain de Karlovy Vary, quelques T-shirts bien sûr, des sels de mer, des savons... »

Est-ce que je peux vous demander à vous si vous avez remarqué des côtés négatifs dans le tourisme à Prague ?

« Vous savez, j'ai eu cette chance - ou malchance - de venir à Prague quand j'avais 17 ans en 1974 et j'ai connu cette ambiance de plomb dont j'ai un souvenir encore très ému quand j'en parle. Revoir aujourd'hui la même ville avec la liberté à chaque carrefour, je vous assure que je n'ai pas une once de déplaisir mais au contraire... J'ai tous ces souvenirs qui me reviennent au coeur, débarrassés de ces 40 années qui n'ont pas été les plus heureuses pour cette ville... »