Chapitres de l’histoire

r_2100x1400_radio_praha.png

Cinquante-quatre ans après la mort tragique de Jan Masaryk, le secret continue à planer sur les circonstances ayant entraîné sa chute de la fenêtre de son appartement. Le fils du fondateur de l'Etat tchécoslovaque et chef de la diplomatie d'après-guerre s'était-il donné la mort ou fut-il assassiné. Une nouvelle expertise élaborée par Jiri Straus, expert dans les trajectoires de la chute des corps, privilégie la piste du meurtre. Selon lui, quelqu'un devait pousser Masaryk, qui, autrement, n'aurait pas pu tomber sur les pieds avec la tête intacte et ne serait pas non plus tombé aussi loin du bâtiment. J'ai voulu connaître l'opinion de celui qui était aux côtés de Jan Masaryk quelques heures seulement avant sa mort. Cet homme est son ancien secrétaire personnel, Antonin Sum, qui se prononce sur ces nouvelles révélations. Astrid Hofmanova au micro vous souhaite une bonne écoute.

Pour comprendre ce qui a poussé un homme qui aimait la vie et les gens à se donner la mort, il faut connaître la situation et l'atmosphère politique qui régnait en Tchécoslovaquie après le putsch communiste en février 1948. A Antonin Sum de nous la rapprocher. On connaît la vie de Jan Masaryk, ce qu'il a fait pour sa patrie, quelle était sa culture politique mais aussi humaine. On se pose donc la question de savoir est-ce qu'il est vraiment aussi important d'évoquer les circonstances de sa mort tragique. La mort de Masaryk était une sorte d'appel aux pays occidentaux qui, après la guerre, ont commencé peu à peu à se désintéresser du sort des pays placés sous contrôle soviétique, derrière le futur rideau de fer.

Auteur: Astrid Hofmanová
lancer la lecture