Composition du nouveau cabinet d'ici à la fin de la semaine prochaine

Mirek Topolanek, photo: CTK

Le Premier ministre devrait présenter la composition de son nouveau cabinet vendredi prochain. Même délai pour l'examen de son programme d'action par les experts des formations politiques. Six mois après les législatives, la Tchéquie aura-t-elle enfin un gouvernement stable ?

Mirek Topolanek, photo: CTK
Le Premier ministre, Mirek Topolanek, a déjeuné mercredi avec le président de la République, Vaclav Klaus. Ce n'était pas une simple politesse, car il s'agissait du nouveau cabinet et de son programme d'action. Mirek Topolanek devrait présenter son nouveau cabinet au chef de l'Etat dans les plus brefs délais...

« Nous avons convenu que le Président disposerait de la liste des membres du gouvernement que je proposerais avant mon départ pour Bruxelles. Le problème devrait être résolu d'ici à la fin de la semaine prochaine. Le Président aura un gouvernement disposant de la confiance de la Chambre des députés ou sans celle-ci. »

Photo: CTK
Le Premier ministre n'a rien dévoilé sur son cabinet ou les partis politiques qui devraient y participer. Par contre, son programme d'action prend une forme concrète sous l'appellation « Les sept réformes courageuses pour l'avenir », inspirée du célèbre western « Les sept Mercenaires » qui se nomme en version tchèque « Les sept courageux ». Le programme d'action s'inspire de celui qui fut élaboré par la coalition issue des législatives (Parti civique démocrate, chrétiens-démocrates et Verts) et concerne : les budgets publics et les impôts, les retraites et le système de sécurité sociale, la Santé, le milieu de l'entreprise et le marché du travail, la régulation, la réforme de la police et la lutte contre la corruption, la présidence tchèque de l'Union européenne et les fonds européens.

Bohuslav Sobotka et Zdenek Skromach, photo: CTK
D'après les deux autres partis pressentis pour former le gouvernement avec les démocrates civiques, chrétiens-démocrates et Verts, mais aussi la social-démocratie, le projet de programme d'action est un bon point de départ pour la discussion, qui pourrait être des plus âpres sur certains points, selon le social-démocrate Bohuslav Sobotka qui ajoute :

« Nous apprécions que ce programme comprenne des réformes concrètes dont nous pourrons discuter. La discussion ne sera pas facile, car nous devrons surmonter des différences entre ce programme et les programmes des différentes formations politiques. Je pense, pourtant, que les compromis sont réalistes. »

Les divergences ? La sécurité sociale, l'impôt unique et les questions de sécurité.