Corruption ou non dans l'achat des Gripen par la République tchèque ?

Photo: www.army.cz

L'Armée de l'air tchèque avait besoin de moderniser son parc aérien. C'est ce qu'affirmaient tous les milieux intéressés, aussi bien les militaires que le gouvernement. Pourtant à l'époque le choix des chasseurs Gripen avait suscité quelques soupçons dès le début.

Le reportage diffusé mardi dernier par la Télévision suédoise, selon lequel l'achat des Gripen aurait été accompagné de paiements louches et de cas de corruption se chiffrant en milliards de couronnes tchèques vient de ranimer ces soupçons. Cette corruption concernerait tout aussi bien les négociations premières sur l'achat de 24 Gripen que celles sur la location de 14 appareils seulement. Laissons la parole aux plus interessés qui se sont retrouvés autour de la table d'un débat sur la première chaîne de la Télévision tchèque. L'ancien commandant de l'état-major des forces armées, affirme qu'il a été soumis à une forte pression lors des négociations sur l'achat des Gripen. L'opinion de l'armée n'a pas été prise en compte et il ne savait pas même pas, ce qui est curieux, quels étaient les critères retenus pour le choix des Gripen. Le général Jiri Sedivy :

« La majorité des militaires, y compris ceux de l'état-major, n'ont pas eu la possibilité d'étudier les différentes propositions, dans la première phase de l'appel d'offres. De même pour les postulats qui ont conduit au choix du vainqueur de cet appel d'offre. »

D'après l'ancien ministre des Finances, qui fut très longtemps le président du groupes des députés du Parti civique démocrate, Vlastimil Tlusty, l'achat des chasseurs était louche depuis ses débuts. Il a précisé à la télévision :

« Tous les critères de corruption existent dans cette affaire : un prix anormal, un appel d'offres anormal, la position anormale de la social-démocratie ne voulant acheter que les chasseurs de cette société, les autres concurrents ayant abandonné en raison du prix trop élevé de cette dernière... Tout cela prouve que ce n'était pas un appel d'offres normal et qu'il existait un espace pour la corruption. »

Zdenek Skromach
Ces soupçons sont totalement rejetés par le vice-président de la social-démocratie, Zdenek Skromach :

« Je n'ai rien rencontré de ce genre dans cette affaire. Les négociations ont eu lieu au niveau gouvernemental et tout le processus était on ne peut plus transparent. Rappelons encore qu'à cette époque, le gouvernement de Milos Zeman était minoritaire et était soutenu, justement, par le Parti civique démocrate, sur la base de leur accord d'opposition. »

Transparence ? C'est ce que conteste David Ondracka, de l'OGN Transparency International, qui a aussi participé au débat télévisé et qui ne voit pas l'intérêt de créer une commission parlementaire qui enquêterait sur cette affaire mais qui, par contre, serait pour une coopération plus étroite entre les polices tchèque et suédoise.