David Rath râpé par la justice : huit ans et demi de prison ferme pour l’ancien ministre

David Rath, photo: ČTK

David Rath est coupable. Le jugement a été prononcé ce jeudi contre l’ancien ministre de la santé, qui était encore récemment député ČSSD et président de la région de Bohême centrale. Son procès à rebondissements était suivi de près, trois ans après son arrestation en possession de cartons de vin remplis de billets. Corruption, trucage d’appels d’offres publics, détournement de fonds européens : une belle brochette de chefs d’accusation pour cet homme politique pugnace qui a indiqué qu’il ferait appel avant même de connaître sa sentence.

David Rath, photo: ČTK
Coup dur pour David Rath, peut-être encore plus dur que le coup reçu sur la nuque donné par un adversaire politique et qui lui a valu une certaine renommée dans les médias et sur la toile (https://www.youtube.com/watch?v=e3laWc4ez-k).

Au terme d’une procédure longue et fastidieuse, il vient donc d’être reconnu coupable en première instance par le tribunal régional de Prague et condamné à une peine de huit ans et demi de prison ferme. Son assistante a elle aussi été condamnée à cinq ans de prison.

Le contraire aurait été quelque peu étonnant, tant il est difficile d’être pris de si belle manière en flagrant délit. Ses complices, les époux Kott, ont été condamnés récemment à sept ans et demi de prison.

La main dans le sac, ou plutôt dans un carton à vin rempli de liasses de billets : c’était il y a trois ans et David Rath a eu beau clamer qu’il n’était pas au courant du contenu des boîtes, les preuves restaient accablantes.

Photo: ČTK
La lecture de la décision motivée du tribunal a pris du temps ce jeudi après-midi, car il a fallu revenir sur toutes les affaires une par une : les appels d’offres truqués dans sa région de Bohême centrale, la rénovation du château de Buštěhrad, la fourniture de matériel aux hôpitaux de Kolín, Kladno et Mlada Boleslav, etc.

En tout, le docteur Rath aurait touché 16 millions de couronnes de pots-de-vin selon les enquêteurs, près de six cent mille euros ; et il aurait dû récupérer le quart de cette somme en plus, s’il n’avait pas été arrêté avant.

Pour l’analyste politique Lukáš Jelínek, la condamnation de David Rath a ce caractère exemplaire qui pourrait marquer un tournant dans le pays :

Lukáš Jelínek, photo: ČTK
« Je pense qu’il est important de voir que David Rath a été condamné pour corruption en tant que personne publique, en tant que personne investie d’une mission de service public. C’est aussi pour ça que la condamnation est si lourde. Je pense que c’est un message adressé à d’autres adeptes potentiels dans les rangs de responsables politiques. C’est la première fois qu’on condamne aussi durement l’un d’entre eux.»

« Jusqu’ici étaient plutôt condamnés des politiciens de rang inférieur, au niveau communal. Ici, nous avons enfin un cas majeur qui concerne un homme politique de haut rang de niveau national, un ancien ministre. Donc ce jugement pourrait servir d’exemple dans l’opinion publique qui avait tendance à considérer que la justice fonctionnait sur un mode ‘deux poids –deux mesures’, différemment pour les gens ordinaires et pour les politiciens. »

David Rath a déjà indiqué qu’il considérait lui aussi ce procès comme exemplaire. Mais il s’agit d’un « théâtre exemplaire » selon lui, « qui n’a rien à voir avec la justice ».

Robert Pacovský, photo: ČTK
La procédure d’appel devrait encore durer quelques mois et on risque de nouvelles frasques : l’accusé n’a pas lésiné sur les moyens en première instance – toutes les potentielles failles de la procédure ont été exploitées, il a même été jusqu’à chuter de son vélo et montrer des photos du juge « en état d’ébriété ». Même rattrapé par toutes ces affaires, David Rath n’est pas du genre à lâcher l’affaire.