De bien étranges candidats se présentent aux sénatoriales de cet automne

Le sénat

Après le sénateur Vladimir Zelezny, ancien directeur de la plus grosse chaîne de télévision privée Nova, poursuivi par les scandales, la Chambre haute du Parlement tchèque pourrait bien accueillir d'autres célébrités dont les candidatures sont pour le moins surprenantes.

Imrich Bugar, photo: CTK
Les sénatoriales ont lieu tous les deux ans en République tchèque pour renouveler un tiers du Sénat qui compte 81 sénateurs, donc 27 sièges que se disputent les candidats des formations politiques ou indépendants. Il y a deux ans, la victoire de Vladimir Zelezny dans la circonscription de Znojmo, en Moravie du Sud, avait suscité la surprise générale. Zelezny avait été élu sénateur en battant tous ses adversaires, le seul candidat à avoir été élu au premier tour. Cette année, la surprise pourrait être encore plus grande si certains candidats qui viennent d'annoncer leurs candidatures étaient élus. Les partis politiques misent sur la popularité semble-t-il. La social-démocratie présente l'ancien champion de lancer du disque Imrich Bugar auréolé d'un parfum de scandale lié au dopage sous le régime communiste. Les Verts envoient au combat électoral le chanteur populaire Jiri Dedecek et un oncologue de grande renommée, Pavel Klener. Les Démocrates européens ont choisi une ancienne championne de ski de fond, Kveta Jeriova-Peckova. Le Parti civique démocrate pense à l'acteur Tomas Töpfer. Jana Bobosikova, députée européenne vient de fonder son propre parti, Politique 21, et pense présenter le chanteur Martin Maxa.

Parfum de scandale aussi, car ce dernier avait été condamné à une peine de prison avec sursis pour agression. C'est d'ailleurs, selon lui, ce qui le pousse à se présenter aux sénatoriales pour « faire quelque chose de plus », car il affirme avoir été condamné à tort. Une forte odeur de scandale émane de la candidature de Libuse Barkova, une amie de famille de l'ancien premier ministre social-démocrate, Stanislav Gross, contraint de démissionner pour une affaire de biens personnels. Barkova vient d'être condamnée à cinq ans de prison ferme pour escroquerie à l'assurance et a fait appel. Elle veut être candidate indépendante pour contribuer au changement dans le milieu de l'entreprise. Elle affirme qu'elle a été salie par les politiciens et voudrait se blanchir et ne recherche aucunement l'imunité sénatoriale.

La dernière candidature quelque peu bizarre pour les sénatoriales est celle de l'épouse du leader du Parti civique démocrate, Mirek Topolanek. Pavla Topolankova devrait se présenter sur la liste du parti Politika 21, dans la circonscription d'Ostrava, en Moravie du Nord et contre le candidat du parti que dirige son mari ! L'éventuel futur Premier ministre s'est borné à déclarer que c'était « le libre choix de son épouse », mais dans les milieux bien informés on parle plutôt de crise conjugale... Le Sénat tchèque changera-t-il l'image qu'on se fait généralement de lui, celui d'une assemblée des sages de la nations, pour devenir celle des célébrités ?