Début d'une politique nouvelle des Allemands des Sudètes envers Prague?

r_2100x1400_radio_praha.png

Les Journées sudéto-allemandes, le week-end écoulé à Augsburg, semblent marquer le début d'une politique nouvelle du landsmanchaft envers la République tchèque. Plus de détails avec Jarka Gissubelova.

Comme l'écrit le quotidien Mlada fronta Dnes, les Allemands des Sudètes commencent à se montrer plus ouverts envers les Tchèques. Jamais dans le passé, on n'a entendu leurs représentants dire autant de phrases ouvertes, autant de mots sur la nécessité d'une collaboration. Devant des dizaines de milliers d'Allemands des Sudètes réunis en congrès à Augsburg, Bernd Posselt, chef du landsmanchaft, a déclaré: "Nous voulons essayer d'entamer des rapports nouveaux avec nos voisins tchèques. Nous voulons édifier un pont entre nous, les Allemands des Sudètes, et les Tchèques." Le Premier ministre bavarois, Edmund Stoiber, ainsi que d'autres orateurs, ont souligné un changement dans l'attitude des Tchèques envers le transfert des Allemands de Sudètes après la guerre. Comme exemple, ils ont cité le récent geste de la mairie de Brno exprimant des regrets pour la mort de beaucoup d'Allemands des Sudètes. Or, dans le même temps, Edmund Stoiber a fait un appel catégorique et univoque à Prague pour annuler les décrets Benes qui, selon lui, sont incompatibles avec le droit de l'Union européenne. Aussi, la Bavière, à l'opposé du gouvernement fédéral allemand du chancelier Schröder, refuse-t-elle de faire un trait sur le passé. Le gouvernement bavarois continuera à conditionner l'entrée de la République tchèque dans l'Union européenne par la suppression des décrets Benes. Stoiber, lauréat de la plus haute distinction sudéto-allemande - le prix Charles IV, pour sa contribution en vue de l'abolition des décrets en question, l'a souligné dans son discours trahissant des intentions éléctorales.