Découverte d’un site de la fin du Néolithique dans le nord-est de la Bohême

Domašín, photo: Karelj, public domain

Des archéologues ont découvert dans la région de Rychnov, dans le nord-est la Bohême, des vestiges d’un site de peuplement appartenant le plus probablement à la culture de la céramique cordée. Si les analyses confirment la datation à – 2 000 avant notre ère, il s’agirait là d’une première en Tchéquie en terme d’ampleur du site pour cette culture spécifique de la fin du Néolithique.

Domašín, photo: Karelj, public domain

La culture de la céramique cordée doit son nom, comme d’autres cultures préhistoriques, à la spécificité des objets retrouvés : dans ce cas précis, les populations néolithiques en question excellaient dans l’art d’une poterie décorée par impression de cordelettes sur l’argile crue, avant cuisson. Elle a été distinguée de la culture de la céramique rubanée, caractéristique pour les territoires tchèques et moraves de l’époque, par l’historien de l’art et archéologue allemand Friedrich Kopfleisch à la fin du XIXe siècle.

Martina Beková, photo: ČTK/David Taneček
Si l’on sait que la culture de la céramique cordée était bien présente dans l’espace de l’actuelle République tchèque, les archéologues n’ont encore jamais eu l’occasion de fouiller un site de peuplement comme celui découvert à Domašín, dans la région de Rychnov. Et pour cause, les villages découverts sont extrêmement rares, ce qui a d’ailleurs longtemps fait penser aux chercheurs qu’il s’agissait de peuples exclusivement nomades. Mais il semblerait que ces peuplades étaient en réalité sédentaires et maîtrisaient parfaitement les techniques de la culture et de l’élevage. Pour preuve la découverte de puits sur le lieu des fouilles :

Un pot de la culture de la céramique cordée, photo: Kozuch/Musée national de Prague, CC BY-SA 3.0
« Nous avons là cinq puits circulaires, typiques de la culture de la céramique cordée. Alors qu’ailleurs en Europe, par exemple en Allemagne, on a retrouvé des puits, ce serait une véritable première en Tchéquie. Tout autour nous avons mis au jour une grande quantité de creux pour des poteaux. Pour l’instant, on suppose qu’il s’agissait d’une sorte de clôture, ou alors d’une construction légère d’un logis, » a détaillé pour la Télévision tchèque Martina Beková, archéologue au musée de Rychnov.

La rareté des ces sites de la culture de la céramique cordée est liée au mode de vie des communautés, certes sédentaires, mais également éleveurs mobiles qui favorisaient les constructions plus légères, précise encore l’archéologue. La découverte a été réalisée à l’emplacement du futur contournement de Domašín, et à l’heure actuelle, quelque 600 mètres de longueur font l’objet de fouilles préventives.

Un pot de la culture d’Únětice, photo: Jana Moravcová, CC BY 3.0
Autre découverte importante : des restes d’un site de peuplement de la culture dite d’Únětice, du nom d’un village près de Prague, et datant du début de l’Age du bronze (- 2300 jusqu’à -1 600 avant notre ère). « Nous avons mis au jour un silo à grain, plusieurs creux qui témoignent de la présence d’un village, des restes de poteries, des débris de céramique, et un morceau de hachette en bronze. C’est la toute première fois qu’on fouille un site de la culture d’Únětice dans la région, » relève Martina Beková.

Cette nouvelle découverte s’inscrit dans une série de mises au jour archéologiques particulièrement significatives en Tchéquie ces derniers mois. Si récemment la découverte de plusieurs tombes datant du royaume de la Grande-Moravie a été particulièrement remarquée au niveau local, au début de l’année c’est surtout celle du plus vieux puits en bois au monde qui a trouvé sa place jusque dans la presse étrangère.

10
50.186681360000
16.215476980000
default
50.186681360000
16.215476980000