Départ d'un comédien

r_2100x1400_radio_praha.png

La culture tchèque est en deuil. Après le metteur en scène Jaroslav Dudek et le dramaturge Oldrich Danek, c'est le comédien Jiri Sovak qui nous a quittés. Et c'est pour la première fois que cet homme, qui nous faisait si souvent rire, nous a attristés. Vaclav Richter.

Jiri Sovak était un excellant comique, mais il savait être très convaincant aussi dans les rôles sérieux. Lorsqu'il a été engagé pour la première fois dans un théâtre pragois, il a incarné le Père Goriot. A l'âge de 27 ans, il jouait donc un vieillard septuagénaire et cela a marqué sans doute toute sa carrière, car il devait exceller dans les rôles de vieux personnages un peu bizarres. Il passait sans problèmes de la comédie à la tragédie grâce à l'économie des moyens, à une certaine sobriété de son style et à son intelligence. Son sens de l'humour, son esprit sarcastique et son don de l'improvisation étaient légendaires. Les comédiens qui jouaient avec lui au théâtre et au cinéma ne se lassent pas de citer ses propos et remarques ironiques qui provoquaient un rire libérateur. Je ne peux pas évoquer ici les innombrables rôles qu'il a joués au théâtre, à la télévision et au cinéma. Voici au moins un exemple. En 1975, il a incarné Bouvard dans la série basée sur le roman Bouvard et Pécuchet de Flaubert. Il a pris un plaisir presque gourmand à jouer le rôle de cet employé parisien assoiffé de connaissance qui ne se laisse pas décourager par les échecs lamentables de ses tentatives d'appliquer la science à la vie. Pour lui et pour son partenaire Miroslav Hornicek qui jouait Pécuchet c'était une des plus belles aventures de leurs vies. Et le public en a tiré beaucoup de plaisir. Grâce aux cassettes vidéo aujourd'hui encore on se régale de cette histoire de deux petits employés qui ont mis à rude épreuve la connaissance humaine. Jiri Sovak était un de ces rares comédiens qui savent faire rire non seulement sur scène, mais aussi dans la vie de tous les jours. Amuser le public - c'était pour lui une vocation. Il a dit dans ses Souvenirs: "Etre considéré comme un saltimbanque est pour moi une distinction. Un bon saltimbanque peut faire plus qu'un roi."