Des écoles menacées de fermeture

Ecole

Les inscriptions des enfants à l'école primaire ont pris fin en République tchèque avec la dernière journée de février. Les chiffres sur le nombre d'enfants inscrits sont alarmants: jamais, il n'y avait aussi peu d'écoliers. L'existence de plusieurs écoles, notamment dans des petites communes, est menacée de disparition. Jarka Gissubelova.

Déjà, cette année, le nombre d'écoles primaires a chuté de 70 par rapport à l'année 1999. La situation s'annonce grave, après que le nombre d'enfants qui se sont présentés cette année à l'inscription a encore baissé, de 15%, au moins. Dans les années quatre-vingts, une classe comptait une trentaine d'écoliers et souvent plus. Aujourd'hui, la limite est de 15 écoliers par classe. Pourtant, un grand nombre d'écoles n'afficheront pas complet. Beaucoup d'écoles ont payé cher la possibilité dont jouissent les parents, celle du libre choix de l'école dans laquelle ils inscrivent leur enfant. Un exemple pour tous: dans la ville de Zelezny Brod, au nord de la Bohême, qui a deux écoles primaires, 9 enfants seulement se sont inscrits dans l'une d'elles et 40 dans l'autre, nouvellement reconstruite et bien équipée. Certaines écoles sont contraintes de résoudre la pénurie d'écoliers par l'unification des classes et la création des écoles dites de peu de classes dans lesquelles une classe est fréquentée par des écoliers de différents niveaux. Une autre solution peut être la suivante: deux communes voisines se mettent d'accord et ouvrent dans l'une d'elles la première et la deuxième classe et les trois autres classes dans l'autre commune. Selon certaines sources, la fermeture des écoles peut être cette année ralentie grâce aux élections, car il s'agit d'une affaire communale bien sensible et les mairies tiendront certainement compte de l'avis des électeurs. Il est donc peu probable qu'il y ait volonté de fermer des écoles avant les élections. Mais quelle solution pour la période d'après?