Diplomatie tchèque : « Un changement de visages, pas de politique »

Pavel Fischer

Vous le savez, les derniers mois ont été mouvementés sur la scène politique tchèque. Pas de gouvernement stable en 230 jours, une première dans l'histoire post-communiste du pays. Est-ce que ce flottement politique a eu des conséquences au niveau diplomatique, avec trois différents ministres des Affaires étrangères en moins d'un an ?

Radio Prague a demandé à l'ambassadeur tchèque à Paris, Pavel Fischer, si sa mission s'était compliquée pendant cette dernière période :

« C'est une période particulière. Dans notre pays, depuis les élections de juin dernier, nous avons une difficulté à trouver une majorité parlementaire qui soutiendrait l'action gouvernementale. C'est une chose tangible et bien réelle, néanmoins assez banale dans l'espace européen : il y a de nombreux pays dans lesquels les résultats d'élections n'ont pas donné une majorité prononcée. Dans ce sens-là, nous vivons une expérience importante mais banale au niveau européen. »

« Pour ce qui est des changements à la tête de la diplomatie tchèque, comme la diplomatie est un travail de longue haleine et de continuité et que M. Schwarzenberg a déclaré vouloir continuer le travail de son prédecesseur M. Vondra, je crois que c'est plutôt un changement de visages mais pas un changement de politique. »