Etude : les Tchèques peu enclins à déménager ou se déplacer pour un emploi

Photo: Kristýna Maková

Selon une étude menée par l'agence Grafton Recruitment auprès de 1 830 personnes, plus de la moitié des travailleurs tchèques sont réticents à déménager pour un emploi, même si cela implique être au chômage. De manière générale, ils préféraient faire le déplacement, même si d'après cette étude, la moitié d'entre eux rechigne à passer trop de temps en transports. Ces résultats pour la République tchèque sont supérieurs à ceux observés dans d'autres pays.

Photo: Kristýna Maková
Plus d'un quart des Tchèques est prêt à se déplacer pour un travail, mais pas à plus de dix kilomètres du lieu de résidence. Pour la moitié des personnes interrogées, se déplacer à 40 km de sa maison est une chose envisageable et un quart d'entre eux est prêt à aller au-delà de 50 km.

Ces résultats correspondent au temps que les Tchèques sont prêts à sacrifier pour se rendre sur leur lieu de travail. 28% des personnes interrogées ne souhaite pas passer plus d'une demi-heure de transports, plus de la moitié est prête à sacrifier entre 30 et 60 minutes. 16% des Tchèques se disent prêts à accepter plus d'une heure de transports.

Selon le directeur de Grafton Recruitment, les gens voient souvent leur chance de trouver un emploi intéressant fortement diminuer tout simplement parce que ce dernier ne se trouve pas là où ils habitent. Ce manque de flexibilité aurait pour conséquences une stagnation de leur carrière, et moins de possibilités de voir augmenter leur salaire et leur niveau de vie.

La proximitié du lieu de travail et du lieu de résidence est le deuxième critère le plus important pour les Tchèques, dans le choix de leur emploi. Tant et si bien, que certains candidats refuseraient un poste qui se trouve dans une autre partie de la ville où ils habitent.

Le premier critère des Tchèques dans le choix d'un nouvel emploi reste le salaire. Contrat à durée déterminée ou indéterminée ne serait plus un critère de choix pour les travailleurs tchèques. 73% des personnes interrogées disent qu'elles seraient tout-à-fait prêtes à accepter un emploi à durée déterminée.

Plus de 56% des Tchèques disent ne pas vouloir déménager en raison d'un emploi, 17% d'entre eux n'estiment pas qu'un déménagement soit un problème, si l'emploi en question est dans leur région. Seuls 26% des Tchèques se disent prêts à déménager n'importe où dans le pays.

Quant à l'expatriation, l'étude montre que plus de la moitié des personnes interrogées accepteraient de travailler à l'étranger, la plupart du temps pour trois mois au maximum. 30% des Tchèques accepteraient un emploi à l'étranger pour un an, et un tiers d'entre eux pour plus d'un an.