Exposition de Milan 2015 : le retour du Blob

Jan Kaplickýs Entwurf für den Neubau der Nationalbibliothek

Les discussions autour de la forme que prendra le pavillon tchèque à l’exposition universelle de Milan se poursuivent avec le retour du « Blob », le projet architectural de Jan Kaplický qui avait été initialement choisi pour la nouvelle bibliothèque nationale, projet qui n’a finalement jamais vu le jour.

L’idée peut surprendre venant d’un pays qui ne connaît pas la mer : c’est sous la forme d’une pieuvre géante que la République tchèque pourrait bien s’installer à l’exposition de Milan en 2015. Jan Kaplický, l’auteur de cette oeuvre architecturale haute en couleur et un peu folle, est décédé prématurément en janvier 2009. Trop tôt pour voir son « blob », comme l’on surnommé ses supporters, abriter les livres de la nouvelle bibliothèque nationale. Ce projet, dont il avait remporté l’appel d’offres en 2007, s’était retrouvé au coeur d’une vaste polémique politico-esthétique avant d’être finalement abandonné.

Depuis, le « Blob » fait régulièrement parler de lui. Ses défenseurs espèrent toujours voir le projet de bibliothèque nationale relancé, et l’exposition universelle de Milan pourrait bien servir de tremplin à leur ambition. le Commissaire général de la République tchèque pour l’exposition Jiří Potužník, interrogé à la Télévision tchèque, apprécie en tout cas les oeuvres de l’architecte, bien qu’il émet des réserves sur la possibilité de réaliser cette pieuvre :

Jiří Potužník, photo: ČRo
« Une architecture d’une technologie porteuse d’avenir et exigeante, en tout cas selon moi, c’est une architecture organique dans le style de Jan Kaplický. Alice Kaplický nous a très généreusement prêté en plus de la blibliothèque plusieurs études et propositions qui n’ont jamais été réalisées. Cette bibliothèque a une très grande envergure, ou le « blob » a une très grande envergure, et nous devrions le réduire pour le pavillon tchèque ce qui ne me semble pas très attractif. Il nous reste beaucoup de propositions sur lesquelles nous devons travailler et avec lesquelles un cofinanceur potentiel a la possibilité de s’inscrire dans l’histoire tchèque comme premier réalisateur d’une architecture aussi formidable. »

Avec un imaginaire très « nature » inspiré de formes organiques telles qu’une toile d’araignée, une aile de papillon ou encore les écailles d’un poisson, Jan Kaplický semble s’inscrire parfaitement dans le thème de la prochaine exposition universelle : « Nourrir la planète. Energie pour la vie ». Un bon point qui pèsera sur la décision des organisateurs tchèques qui entendent bien respecter le thème choisi par les Italiens, Jiří Potužník :

« Cette exposition a un thème spécifique, « Nourrir la planète. Energie pour la vie » et les organisateurs italiens, au contraire des organisateurs chinois, manifestent leur intention que leur thème soit strictement respecté. Cela signifie que ce sera plus difficile, que nous ne devons pas présenter quelque chose qui a un rapport vague avec le thème ou qui n’est pas assez représentatif. »

Čapí hnízdo, photo: CzechTourism
Pour l’instant, la République tchèque n’en est encore qu’au stade de recherche : recherche de partenaires et de financements privés pour sa participation à l’exposition et quête du modèle idéal de pavillon. Si Jan Kaplický et sa pieuvre font parties des favoris, il sont confrontés à la concurrence rude d’un immense nid de cigogne, « Čapí hnízdo », sur le modèle de celui qui existe déjà dans la ferme du milliardaire Andrej Babiš. Quoi de mieux en effet qu’un extérieur animalier, pieuvre placide ou nid douillet, pour abriter un intérieur répondant au mot d’ordre « laboratoire de vie » ? L’avantage reste encore à Jan Kaplický dont les Italiens connaissent déjà le travail, comme le note Jiří Potužník :

La tribune de presse de Lord’s Cricket Ground, photo: hobbs luton, Creative Commons 2.0
« En Italie ils ont le musée Enzo Ferrari conçu par Jan Kaplický, c’est une architecture qui vous coupe franchement le souffle et c’est clair que si quelque chose de semblable pouvait être construit dans le cadre de l’exposition tchèque ce serait déjà une petite victoire. »

La réalisation du Blob après bien des déboires et des obstacles serait probablement la meilleure récompense posthume pour l’architecte, détenteur du prix Stirling avec sa fondation londonienne Future Systeme pour le Lord’s Media Centre construit à Londres en 1999 et auteur, entre autres, du musée Maserati à Modena et de la tribune de presse de Lord’s Cricket Ground à Londres.