Faire sortir le cinéma tchèque de l’impasse

Photo: Jean-Luc ST-Hilaire / Freeimages

La qualité des films tchèques est aujourd’hui considérée, tant par la critique que par le public, comme médiocre. La condition du cinéma tchèque a fait l’objet d’un texte de la plume d’un publiciste reconnu, dont nous vous présenterons les grandes lignes. Quelques informations ensuite sur ce qu’a apporté l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi permettant aux ressortissants étrangers établis en Tchéquie d’avoir désormais la double nationalité. La rentrée scolaire et la conférence Forum 2000 sont deux autres sujets que nous avons retenus dans la presse. Un mot, enfin, sur la prolifération sans précédent des guêpes.

Photo: Jean-Luc ST-Hilaire / Freeimages
Pourquoi les films tchèques sont-ils souvent si mauvais ? Tel est le titre d’une analyse publiée dans la dernière édition de l’hebdomadaire Respekt, dans laquelle son auteur, Kamil Fila, décrit d’abord les points clés en rapport avec la situation du cinéma tchèque :

« Le taux de fréquantation des films tchèques est en baisse. Depuis de longues années, aucun film de provenance locale n’a été inscrit dans la compétition d’un festival international, sauf celui de Karlovy Vary. Les films tchèques ne sont pas distribués dans d’autres pays, à l’exception de la Slovaquie et de la Pologne. Ce déclin se fait remarquer non seulement par des critiques professionnels, mais aussi par le public. »

Tenant compte de la qualité douteuse d’une grande partie des films tchèques, le Fonds d’Etat de la cinématographie en charge de leur soutien financier a lancé en automne dernier un appel d’offres pour une étude dans le but de trouver les causes de ces échecs artistiques et commerciaux. Elaborés par un groupe d’académiciens de Brno, les résultats de l’étude ont été récemment soumis au public. Kamil Fila a à ce sujet noté :

« L’étude de 290 pages contient des entretiens avec plus d’une soixantaine de cinéastes, productuers, réalisateurs, scénaristes et directeurs artistiques qui permettent de dresser plusieurs constats systématiques. En premier lieu, ils révèlent que pour la phase de développement du film, donc pour celle qui précède le tournage, les créateurs ne disposent que de la moitié à peine de la somme qui est courante en Amérique ou en Europe. Un autre problème très grave, c’est la précarité des scénaristes qui, souvent, travaillent sans rémunération, parfois même sur plusieurs projets à la fois ».

Une fois publiée, l’étude a provoquée une série de réactions contradictoires. Ses auteurs espèrent néanmoins que décrivant la situation entre les années 2009 et 2014, elle permettra d’améliorer au fur et à mesure les conditions pour l’évolution des films tchèques, ce dont le public pourrait se convaincre d’ici quelques années déjà. Le fait que plusieurs films de qualité soient quand même sortis ces derniers temps, dont deux, Kobry et Užovky (Les Cobras et les Couleuvres) et Domácí péče (Soins à domicile) ont été projetés avec succès dans la compétition du Festival du Film de Karlovy Vary de cette année, représente pour l’auteur de l’article publié dans les pages du magazine Respekt des hirondelles augurant pour le cinéma tchèque des temps meilleurs.

Attrait de la double nationalité en Tchéquie

Photo: Barbora Kmentová
Au cours de l’année écoulée, le nombre de ressortissants étrangers qui ont pu obtenir la nationalité tchèque a considérablement augmenté. Pour l’illustrer de façon spectaculaire, l’édition de samedi dernier du quotidien Lidové noviny a publié en première page une photo du basketeur américain Blake Schilb, un des nouveaux renforts de la sélection tchèque de basketball qui, de concert avec son compatriote, le tireur sportif Matt Emmons, champion olympique, peuvent servir d’exemples de ceux qui ont saisi l’occasion d’avoir désormais en Tchéquie la double nationalité. L’éditorial du journal précise :

« Tandis qu’auparavant, chaque demandeur d’octroi de la nationalité tchèque était contraint à renoncer à sa nationalité initiale, la nouvelle loi sur la nationalité qui a pris effet l’année dernière a supprimé cette condition. Cette possibilité a été favorablement accueillie par beaucoup de ressortissants étrangers durablement établis sur le territoire tchèque et qui, pour des raisons nostalgiques ou pratiques, ne voulaient pas se soumettre à cette condition contraignante. »

Selon le journal qui se réfère aux données de l’Association pour l’intégration et la migration, la loi en question a donné lieu à un véritable boom de demandes de certificats de nationalité qui ont été accordés à plus de cinq mille personnes. Cette année, un nombre encore plus important de demandeurs est prévu. La loi facilite également la procédure relative aux jeunes ce qui touche notamment la communauté vietnamienne, car la moitié des Vienamiens qui vivent dans le pays ont moins de trente ans. L’article rappelle enfin que l’octroi de la nationalité tchèque garantit aux ressortissants étrangers qu’ils ne seront plus jamais privés de la possibilité de travailler et de vivre en Tchéquie.

Enfin la rentrée scolaire

Photo: Archives de Radio Prague
A l’occasion de la nouvelle rentrée scolaire, le site aktualne.cz a mis en ligne un entretien avec l’expert en psychologie pédagogique, Monika Stehlíková, qui s’interroge notamment sur les raisons d’une approche souvent négative des enfants tchèques à l’égard de l’école, pour qui la date du 1er septembre est inscrite dans le calendrier comme une journée noire. Tout en admettant qu’il existe dans le pays plus d’une exception à cette règle, elle constate néanmoins :

« L’état du système scolaire est en crise. Pour l’améliorer, il y a lieu d’aboutir à une coopération plus efficace entre toutes les parties intéressées, les parents, l’école, le gouvernement, les régions et les élèves eux-mêmes. Il faut que les enfants ne craignent pas l’école, car de par leur nature, ils sont curieux et enclins à se développer, à apprendre de nouvelles choses. C’est donc surtout aux parents de les soutenir, tandis que les enseignants sont appelés à ne pas les stresser, à privilégier une pédagogie positive ».

S’agissant de la durée des vacances qui est également traité dans cet entretien, Monika Stehlíková considère que les vacances d’été de deux mois qui existent en Tchéquie sont peut-être trop longues. Elle explique pourquoi :

« Chez nous, la durée des vacances s’étendant sur les mois de juillet et d’août jouit d’une telle tradition que celui qui proposerait leur raccourcissement en vue de les répartir sur toute l’année scolaire se heurterait à un refus catégorique, du simple fait que nous sommes habitués à cette pratique depuis de longues années. Et pourtant, dans certains pays européens, les vacances d’été ne durent que six semaines. Dans un tel cas, le temps de travail alterne de façon plus équilibrée avec les jours de loisirs, ce qui profite beaucoup mieux aux capacités mentales des enfants. Mais l’imposer chez nous me paraît à l’heure actuelle particulièrement difficile. »

La conférence Forum 2000

Václav Havel avec Joan Baez à la conférence Forum 2000, photo: Archives de Radio Prague
A la veille de l’ouverture de la 19ème édition de la conférence Forum 2000 qui se tiendra du 13 au 16 septembre à Prague et dont l’un des initiateurs avait été, en 1996, Václav Havel, l’hebdomadaire Týden s’est penché sur certains aspects liés à cet événement perçu comme un des grands héritages de l’ex-président tchèque. L’auteur du texte rappelle :

« Chaque automne, Prague accueille des académiciens, des activistes, des hommes politiques venus du monde entier pour discuter des problèmes brûlants de la démocratie et des droits de l’homme. La personnalité de Václav Havel constituait toujours un attrait incontournable de l’événement. »

Sa disparition, en 2011, a été un coup dur pour la fondation Forum 2000 qui a l’organisation de la conférence en charge, car elle a perdu certains sponsors importants. Aujourd’hui, sa situation financière semble pourtant stabilisée ce qui permet à la conférence de s’étendre encore davantage, des activités d’accompagnement se déroulant cette année, aussi, dans d’autres villes et pays. Concernant la qualité de la conférence Forum 2000, l’auteur de l’article remarque :

« C’est à tout un chacun de l’évaluer. Il est probable que l’on ne pourra plus s’attendre à la venue des personnages comme Bill Clinton, Henry Kissinger ou Peter Gabriel, mais la conférence présente tout de même, régulièrement, plusieurs noms intéressants. En 2014, c’était par exemple le cas de Michkail Chkodorkovski, célèbre ‘prisonier de Poutine ‘, tandis que cette fois-ci, Prague va accueillir l’ex-président sudafricain Frederik de Klerk ou Bernard Kouchner, cofondateur de Médecins sans frontières. »

Et l’auteur de conclure que la prochaine 20ème édition de la conférence Forum 2000 espère de nouveau accueillir le dala-ïlama pour lequel « ses Pragois » ont toujours beaucoup d’affection.

Un été à l’heure des guêpes

Photo: Kristýna Maková
Et un mot, enfin, sur un phénomène qui a marqué la saison estivale qui touche à sa fin. Il a été décrit par Petr Třešňák sur le site respekt.cz comme suit :

« Le principal protagoniste de cet été, c’étaient certainement les guêpes. La canicule a causé leur prolifération et leur agressivité suite à quoi le nombre de réactions allergiques a augmenté de façon dramatique. La télévision privée Nova a qualifé les guêpes de meurtrières, tandis celles-ci ont même réussi à faire la une d’un tabloïde très lu. »