Faut-il avoir peur des James Bond russes ?

r_2100x1400_radio_praha.png

Les services de renseignement tchèques viennent de publier une information inquiétante : les activités des espions russes en République tchèque seraient de plus en plus importantes... Une nouvelle bien surprenante, vu que les relations tchéco-russes semblaient, ces derniers temps, moins compliquées et plus chaleureuses qu'auparavant... Par Magdalena Segertova.

Dans son rapport pour l'an 2000, le Service d'information et de renseignement tchèque (BIS), met en garde contre les agents russes. Ces derniers tentent, paraît-il, d'accueillir des informations secrètes, notamment aux ministères tchèques des Transports et de la Défense nationale. Ils s'intéresseraient à la sécurité nucléaire, chimique et biologique, tout cela en rapport avec la mise en marche de la centrale nucléaire tchèque de Temelin. Mais ce n'est pas tout : les services secrets russes influencent les autorités locales en République tchèque et répandent des désinformations. Ils créent, en Tchéquie, un climat de méfiance à l'égard des institutions d'Etat et compromettent la bonne réputation de la République tchèque à l'étranger, écrit le service de renseignement tchèque dans son rapport.

Ces accusations ont suscité des réactions diverses sur la scène politique tchèque. Certains spécialistes les confirment. Selon eux, après l'adhésion du pays à l'OTAN, les espions russes peuvent se procurer en Tchéquie des informations bien intéressantes. Le gouvernement tchèque, lui, semble un peu surpris : d'après son porte-parole, il ne sait rien des activités dangereuses des espions russes sur le sol tchèque. Les ministres ne qualifient pas le rapport en question d'accusation contre la Russie, mais seulement de description de la situation en 2000. La diplomatie tchèque reste diplomatique : elle a seulement souligné ses bonnes relations avec Moscou. Rien d'étonnant, l'ambassade russe à Prague s'oppose strictement au contenu du rapport. "C'est un pur non-sens. La Russie n'a pas du tout de pareils intérêts. D'ailleurs, je ne sais pas pourquoi ces informations ont été publiées après le succès de la visite de notre Premier ministre, Mikhaïl Kassianov, en République tchèque", se demande le porte-parole de l'ambassade russe, Gennadi Askaldovitch. Et il n'est pas le seul... A la une du quotidien Lidove noviny on peut lire des questions du genre : pourquoi ce rapport, concernant l'an 2000, est-il publié aujourd'hui "Les services secrets tchèques, ne veulent-ils pas influencer la politique étrangère de la Tchéquie par l'intermédiaire du public"...

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture