Fin de la première mission de l'armée tchèque en Irak

Ladislav Tvrdy (second à droite), photo: CTK

La première mission du contingent tchèque en Irak a pris fin officiellement mardi. En trois ans, une centaine de policiers militaires basés dans le sud du pays, près de la ville de Bassora, ont formé des milliers de policiers irakiens.

Ladislav Tvrdy (second à droite), photo: CTK
Depuis décembre 2003, quelques jours après l'arrestation de Saddam Hussein, les Tchèques font partie de la coalition internationale présente sur le sol irakien. Prague a envoyé 80 policiers militaires, stationnés dans la base de Shaiba, une zone protégée et relativement épargnée par les attentats. Le sous-colonel Ladislav Tvrdy fait le bilan de la mission tchèque :

« Notre mission était une mission de formation et d'entraînement des policiers irakiens, que nous avons organisée d'une part avec nos propres cours spéciaux et d'autre part dans le cadre d'une équipe internationale avec notamment de l'entraînement au tir et aux interventions policières. Le bilan de cette mission a été jugé positivement par nos hôtes irakiens lors de la cérémonie de mardi, et j'en suis très content. On peut dire qu'en trois ans, nous avons formé plus de 12 000 policiers irakiens. »

Désormais, la formation de l'académie de police de Shaiba, située dans la zone sud sous commandement britannique, sera dirigée par les Irakiens eux-mêmes. La fin de cette mission de formation ne signifie pas pour autant que le contingent tchèque quitte le territoire irakien.

Jusqu'à la fin de l'année, les 80 policiers militaires resteront en Irak, conformément au mandat voté par le Parlement tchèque. Les députés devront prochainement décider si ces policiers militaires tchèques quitteront la base de Shaiba pour l'aéroport de Bassorah, comme le propose le ministère de la Défense. La nature de leur mission changerait et consisterait alors à assister les policiers irakiens directement sur le terrain. Un nouveau mandat déjà approuvé par le Sénat et qui a, selon le ministère, de bonnes chances d'être entériné par la Chambre des députés.