Focus sur la noblesse française au travers des châteaux de la Couronne tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png

Présenter plus de cinquante familles de la noblesse française ayant eu un lien territorial, marital, ou même de sang, avec la Bohême et la Moravie, au cours des cinq siècles derniers, telle est l’ambition du projet culturel inauguré la semaine dernière à l’ambassade de France, à Prague. Celle-ci est partenaire de cet événement, organisé par l’Institut National du Patrimoine (NPU) en coopération avec plusieurs régions. « L’année de la culture française en République tchèque » se déroule d’avril à octobre 2013 dans le cadre des régions, et de novembre 2013 à février 2014 dans la capitale tchèque.

Pierre Lévy, photo: Marie Třešňáková, CT24
S’inscrivant dans une production culturelle à long terme intitulée « Sur les traces des familles nobles », le projet en question revient sur l’existence de la noblesse française établie en Bohême et en Moravie, pour souligner le caractère commun, rassembleur des deux cultures, à travers les métamorphoses du temps. L’ambassadeur de France, Pierre Lévy, revient sur l’importance d’une telle manifestation culturelle, profondément francophile :

Le palais Buquoy, photo: Marie Třešňáková, CT24
« Ce que je trouve absolument passionnant, c’est que quand on parle de ces familles, les Rohan, les Pouilly, les Buquoy bien sûr, nous sommes à l’ambassade de France, au palais Buquoy, on voit combien l’histoire de la Couronne, des États de la Couronne de Bohême, puis ensuite de la Tchécoslovaquie, puis de la République tchèque, est intimement liée à l’Histoire de la France. C’est ce que je trouve absolument fascinant dans cette présentation et dans cet itinéraire artistique que l’on va nous proposer, c’est justement de prendre conscience, de manière très intelligente, très raffinée aussi, combien l’histoire de nos deux pays est profondément liée, ici-même au cœur de l’Europe ».

Kamil Rohan, photo: NPU
Le riche programme qui court sur l’année 2013 est une occasion de s’interroger sur le patrimoine, sur l’héritage, que l’on veut, non seulement préserver, mais par-delà même transmettre aux générations européennes futures, en faisant revivre les liens historico-culturels franco-tchèques. Ainsi, il est possible de découvrir l’histoire des dynasties des Rohan, des Des Fours, des Mensdorf-Pouilly, des Buquoy, petit échantillon des autres familles nobles qui ont laissé, leur empreinte aux châteaux de Sychrov, de Hrubý Rohozec, de Boskovice ou de Rožmberk.

Une composante marquante du projet sera également l’exposition intitulée « L’Art français – l’héritage d’une noblesse », qui ouvrira ses portes de novembre 2013 à février 2014 dans l’enceinte des Écuries impériales du Château de Prague, ainsi que la présentation d’un Salon littéraire et théâtral au palais Ledebour, à Prague.

Châteaux de Hrubý Rohozec, photo: CzechTourism
Si la culture française a très largement influencé l’aristocratie et la noblesse en Europe dans sa totalité, pour l’ambassadeur de France Pierre Lévy, cet héritage mérite d’autant plus l’attention alors que les cultures tendent aujourd’hui à se diluer :

« Le paradoxe de la situation actuelle, mais ça n’est pas propre à la relation entre la République tchèque et la France, c´est que finalement aujourd´hui, la République tchèque vit heureusement en liberté dans l’Union européenne, est membre de l’Union européenne, ses habitants peuvent circuler librement, et paradoxalement finalement, la relation se banalise ; la France peut devenir un pays parmi d’autres, parce qu’une génération peut être moins en perspective à cette ancienne relation, et ils ont une approche un peu globalisée du monde. »

Si les mots de « patrimoine » en français et « d’héritage » en tchèque sont au cœur de ce projet, ce qu’ils recouvrent peut toutefois légèrement diverger de sens, selon la langue. Toutefois, il n’est pas moins vrai que tous deux appartiennent légitimement au champ lexical de la notion de transmission de culture et de celle de l’identité, qui doivent être protégés à tout prix.