Foot : avant la Slovaquie, les Tchèques convalescents se sont rassurés contre la Belgique

Photo: CTK

La République tchèque a battu la Belgique (3-1), en match amical, mercredi, à Teplice. Malgré un but encaissé dans le premier quart d’heure, les partenaires du capitaine Petr Čech ont su renverser la vapeur face à de pâles Diables rouges. C’est donc une première réussie pour le nouveau sélectionneur Ivan Hašek. C’est aussi un succès important pour la confiance avant le déplacement crucial de la République tchèque en Slovaquie, le 5 septembre, dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde.

Jaroslav Plašil et Milan Baroš, photo: CTK
Ça n’a certes pas été un concert, loin s’en faut, cela a même plutôt ressemblé à une cacophonie en début de première période, mais le résultat final et la partition jouée en deuxième mi-temps ont rassuré public et observateurs et donné un espoir de jours meilleurs dans un proche avenir. Le proche avenir, ce sera bien entendu ce derby contre la Slovaquie, à Bratislava, dans un peu plus de trois semaines. Une rencontre que les Tchèques devront absolument gagner s’ils veulent conserver une chance de qualification pour la phase finale de la Coupe du monde en fin de saison.

 Ivan Hašek, photo: ČTK
Mais avant cette échéance, il y avait donc ce match de préparation contre la Belgique. Un match qui constituait la grande première sur le banc de touche de la Reprezentace d’Ivan Hašek, le nouveau président de la fédération auto-désigné sélectionneur. Et les choses se sont plutôt bien passées. Après une entame chaotique conclue par l’ouverture du score belge suite à une superbe frappe de Jan Vertonghen, les Tchèques ont su redresser la barre par la suite sur trois coups de pied arrêtés : d’abord sur un coup-franc de Jaroslav Plašil conclu de la tête par Roman Hubník, puis sur un penalty de Milan Baroš avant le repos et enfin, dans le dernier quart d’heure, sur un corner cafouillé poussé au fond des filets par David Rozehnal. Au coup de sifflet final, Ivan Hašek pouvait donc être satisfait de la performance de ses joueurs, même s’il reconnaissait que les vingt premières minutes n’avaient pas répondu à ses attentes :

« C’est une évidence, les joueurs ne sont pas bien entrés dans le match. Il y avait sans doute un peu de nervosité. Je pense que c’est ce qui explique le nombre beaucoup trop important de passes en retrait. Ça n’a pas facilité notre pressing et nous avons perdu beaucoup de ballons dans notre moitié de terrain. Nous nous sommes mis tout seuls en difficulté. Par la suite les joueurs ont retrouvé plus de calme et la qualité du jeu est allée en s’améliorant au fil du match. Mais il faudra éviter cela en Slovaquie. Là-bas il faudra être concentré à 100 % dès le coup d’envoi et ne faire aucune erreur. »

Photo: CTK
Une analyse dont se rapprochait également celle du gardien Petr Čech, qui préférait toutefois retenir la réaction tchèque après le but belge :

Photo: CTK
« En tant que capitaine je dois mettre en avant la réaction de l’équipe. Nous avons fait un mauvais début de match et nous avons encaissé. Ce n’était pas simple mais nous avons su relever la tête et égaliser rapidement. Nous avons alors joué de mieux en mieux et au final je pense même que nous avons été très bons. »

Dans le camp belge, les motifs d’inquiétude sont plus nombreux, ce dont ne se cachait pas l’attaquant Emile Mpenza, sevré de ballons après sa montée au jeu en début de deuxième mi-temps :

« Les attaquants ont joué sur une île déserte aujourd’hui… Tout allait à peu près en défense et en milieu de terrain, mais les attaquants ont eu très peu de ballons, même en première mi-temps. Il faut que l’on progresse dans le jeu vers l’avant. C’est quand même le but ! La conservation du ballon a été bonne le premier quart d’heure mais on a été déboussolés après le but égalisateur. »

Mais si on sait l’équipe de Belgique malade depuis de longues années, la République tchèque peut, elle, être considérée en phase de convalescence. Il y a donc du mieux après les prestations médiocres de la saison dernière, mais il faudra encore attendre le premier match officiel sous les ordres d’Ivan Hašek en Slovaquie pour en avoir la confirmation.