Foot - Coupe du monde : la presse tchèque salue la performance des Français et de leur Brésilien

Zinedine Zidane et Thierry Henry, photo: MFDnes, 3.7.06

Les réactions qui ont fait suite dans la presse tchèque à la qualification de l'équipe de France de football pour les demi-finales de la Coupe du monde, samedi, grâce à sa victoire (1-0) sur le Brésil, sont élogieuses.

Tous les journaux sont unanimes pour saluer la performance des Bleus et de leur meneur de jeu Zinedine Zidane. « Le roi n'est pas mort, vive le roi ! », titre ainsi, par exemple, le quotidien Sport tout en notant que le technicien français a éclipsé les magiciens brésiliens. « Ce devait être le jour des adieux de Zidane. Le jour où il allait remettre le sceptre royal à Ronaldinho avant de s'en aller une bonne fois pour toutes. Le magicien brésilien devait mener son équipe à la victoire sur la France et accompagner le roi Zidane dans sa sortie de scène. Mais c'est exactement le contraire qui s'est produit », analyse l'auteur. Un peu plus loin, sous un article intitulé « Le rêve s'est envolé » relatant la détresse sud-américaine, on peut lire que la France est « en route pour la finale ». « Le groupe qui a l'âge de la retraite et sur lequel personne ne comptait avant le début du tournoi a déjoué tous les pronostics en éliminant le plus grand favori en quart de finale », estime Sport.

« La soirée d'adieu de Zidane se poursuit » ou encore « La France a attaqué dans un style brésilien » sont les titres choisis par Mlada fronta Dnes. « Grâce à Zidane, la Marseillaise a été chantée dans tous les coins de France samedi soir et un demi-million de Français ont manifesté leur joie sur les Champs-Elysées », explique un des deux quotidiens les plus vendus dans le pays, qui estime également que Zizou a fourni la plus belle des prestations individuelles de tous les joueurs depuis le début du Mondial. « Zidane disposait toujours du crédit des meilleurs joueurs du monde, mais on avait l'impression qu'il en était ainsi plutôt pour services rendus. Par respect pour les cheveux gris qu'il aurait s'il n'avait pas la tête rasée. On avait presque oublié de quoi Zidane est capable. Et il l'a rappelé contre le Brésil », note Mlada fronta Dnes.

Enfin, les commentaires et analyses du quotidien Lidové noviny vont dans le même sens. « Son meilleur match au lieu des adieux » écrit-il, précisant que « le Brésilien, c'était lui, Zidane ! »