Foot – Equipe nationale : le sélectionneur et six joueurs virés !

Milan Baroš, photo: CTK

Après la défaite (1-2) concédée par l’équipe nationale contre la Slovaquie, mercredi dernier, à Prague, en éliminatoires de la Coupe du monde 2010, le football tchèque est plongé dans une crise comme il n’en avait plus connue depuis longtemps. Ce mercredi, le sélectionneur Petr Rada a été démis de ses fonctions. Mais six joueurs impliqués dans un scandale médiatique, parmi lesquels le capitaine Tomáš Ujfaluši et les attaquants Milan Baroš et Václav Svěrkoš, ont également été écartés de l’équipe nationale.

Milan Baroš, photo: CTK
Après le piètre match nul (0-0) ramené de Slovénie et la défaite historique subite dans la foulée à domicile contre le voisin slovaque, la République tchèque se retrouve dans une position très délicate dans son groupe de qualification pour le prochain Mondial. Après six matches et avec seulement huit points au compteur, les Tchèques occupent la quatrième place de leur groupe derrière l’Irlande du Nord, la Slovaquie et la Pologne. Désormais, même quatre victoires lors de leurs quatre derniers matchs à l’automne prochain ne garantiraient pas aux partenaires de Petr Čech de terminer à la première place directement qualificative pour l’Afrique du Sud ou même à la deuxième synonyme de barrage.

Petr Rada, photo: CTK
A la déception sportive est venu s’ajouter un nouveau scandale : le surlendemain du fiasco contre la Slovaquie, deux tabloïds pragois ont en effet publié les photos de plusieurs joueurs surpris à une heure tardive de la nuit dans un restaurant de la ville en prétendue compagnie de prostituées. C’en était trop pour les responsables de la fédération, qui, pressés par les sponsors, ont donc décidé de réagir et de frapper fort mercredi.

Comme cela était attendu, Petr Rada a d’abord été démis de ses fonctions de sélectionneur. Nommé à la tête de l’équipe au lendemain de l’élimination au premier tour du dernier championnat d’Europe, Petr Rada présentait un bilan difficilement défendable de seulement deux victoires en huit matchs. La fédération n’a toutefois pas encore décidé qui serait son successeur sur le banc de touche.

Pas moins de six joueurs, et pas des moindres, tous impliqués dans la sortie ayant suivi la défaite contre la Slovaquie, ont été écartés de la sélection. Le capitaine Tomáš Ujfaluši, les attaquants Milan Baroš, Václav Svěrkoš, Martin Fenin et les milieux de terrain Radoslav Kováč et Marek Matějovský ne seront plus appelés en équipe nationale jusqu’à nouvel ordre.

Tomáš Ujfaluši, photo: CTK
En attendant que la fédération désigne un successeur à Petr Rada sur le banc de touche, tous, dirigeants comme médias, appellent d’une seule voix un homme au secours : un homme susceptible de remettre un peu d’ordre dans le football tchèque, comme l’a expliqué František Hrdlička, membre du comité exécutif et président du club du FK Teplice :

« Je pense qu’il n’y a qu’une seule personne qui soit acceptable pour le nouveau comité exécutif de la fédération après son assemblée générale en juin prochain. Et cette personne, c’est Ivan Hašek. Je ne vois pas d’autre candidat qui fasse l’unanimité. Ivan Hašek est aujourd’hui dans une situation où il est l’un des rares dans l’histoire du football tchèque à pouvoir dicter ses conditions, et ce tant pour le poste de sélectionneur que pour celui de président de la fédération. »

Grand perdant de l’élection du président de la fédération il y a quatre ans, victime d’arrangements en coulisses, Ivan Hašek est donc désormais attendu comme un sauveur, que ce soit comme sélectionneur ou président. Actuellement occupé par son activité d’entraîneur d’un club aux Emirats arabes unis, Ivan Hašek ne s’est toutefois pas encore prononcé sur ses éventuelles intentions. Et l’ancien coach de Strasbourg et de Saint-Étienne ne semble pas presser de le faire. Dans l’état actuel des choses, comment ne pas le comprendre ?