Foot – Euro 2008 – Préparation : les Tchèques ont ramené un nul encourageant du Danemark

Photo: CTK

L’équipe de République tchèque de football disputait un match de préparation au Danemark, mercredi dernier, qui avait valeur de test avant le prochain championnat d’Europe. Bien que privés de Petr Cech et de Tomas Rosicky, les Tchèques ont obtenu un match nul (1-1) riche en enseignements à un peu plus de deux mois du match d’ouverture de la phase finale de l’Euro contre la Suisse.

Photo: CTK
1-1 : le but égalisateur de Jan Koller peu avant la mi-temps ayant répondu à l’ouverture du score du jeune prodige d’Arsenal Nicklas Bendtner à la 25e minute. Voilà ce qui restera dans les annales en termes de résultat brut et de statistiques de ce deuxième match de l’équipe de République tchèque de football depuis le début de l’année 2008. Un match nul somme toute logique obtenue face à une sélection danoise certes pas qualifiée pour le championnat d’Europe pour la première fois depuis vingt-quatre ans mais qui n’en reste pas moins un adversaire de qualité, d’autant plus devant son public.

Dans le petit stade d’Herning, à plus de 300 kilomètres à l’ouest de Copenhague, les joueurs de Karel Brückner se sont même quelque peu rassurés après la défaite sans gloire (0-2) subie contre la Pologne en février dernier. Cette fois, bien que privés de leur gardien Petr Čech, de leur meneur de jeu Tomáš Rosický, ou encore des deux défenseurs du Milan AC et de la Juventus Turin, Marek Jankulovský et Zdeněk Grygera, soit quatre titulaires et leaders habituels, les Tchèques ont livré une prestation solide dont le contenu a d’ailleurs globalement satisfait le sélectionneur, Karel Brückner :

Karel Brückner, photo: CTK
« Ma première analyse est bien entendu plutôt positive après un match difficile contre un adversaire très solide. C’était un bon test, nous avons dû faire face à différents problèmes, notamment à l’absence de plusieurs joueurs cadres. Il a donc fallu s’adapter, improviser, d’autres joueurs n’ont pas évolué à leurs postes habituels. Mais je trouve qu’après une entame de match compliquée, où nous avons subi la pression des Danois, notre qualité de jeu s’est améliorée de minute en minute, et je dirais même qu’en deuxième mi-temps, nous avons été la meilleure équipe sur le terrain et nous pouvons regretter de ne pas avoir mieux négocié et fini certaines situations. »

Effectivement dominés pendant la première demi-heure, les Tchèques s’en sont d’abord remis à la tête de l’inévitable Jan Koller pour revenir au score avant d’afficher plus de maîtrise dans le jeu en seconde période, même si cette domination ne sait pas concrétisée au tableau d’affichage.

Jan Koller, photo: CTK
Bien qu’en manque de confiance et de buts dans son nouveau club allemand de Nuremberg après avoir quitté l’AS Monaco au mercato d’hiver, Jan Koller a une nouvelle fois prouvé que son gabarit et sa présence sur le front de l’attaque restaient indispensables en sélection. Le géant tchèque n’a pas caché que sa réussite personnelle lui faisait aussi le plus grand bien :

« Si je ne tiens pas compte des vingt premières minutes, je pense que nous avons fait un bon match. Bien sûr, je suis content d’avoir enfin marqué. Cela fait un moment que cela ne m’était plus arrivé et j’en avais besoin. J’espère que je vais garder cette réussite pour les matchs de championnat allemand. »

Son compère en attaque, Milan Baros, ne pouvait pas en dire autant, toujours aussi loin de la forme qui était la sienne il y a quelques saisons. Pour autant, l’ancien attaquant de Lyon aujourd’hui à Portsmouth estimait que les Tchèques pouvaient repartir confiants de ce déplacement au Danemark :

Photo: CTK
« Les premières mi-temps sont toujours un peu difficiles, les deux équipes ne se connaissent pas forcément très bien. Mais je pense qu’en deuxième mi-temps, nous avons su nous procurer plusieurs occasions et nous avons mieux joué que les Danois. Peut-être nous a-t-il manqué un peu plus de présence devant le but et de détermination dans la finition, autrement nous aurions même pu gagner ce match. »

Désormais, les Tchèques poursuivront leur préparation par deux matchs à Prague contre la Lituanie et l’Ecosse en vue du match d’ouverture de la phase finale de l’Euro, contre la Suisse, le 7 juin, à Berne. Plus que jamais, le compte à rebours est donc lancé, et si les Tchèques ne sont pas vraiment en avance, ce match contre le Danemark aura prouvé que, même sans plusieurs titulaires et leaders, ils n’étaient pas en retard non plus.