Foot - République tchèque - Allemagne : la désillusion

Photo: CTK

La République tchèque s'est logiquement inclinée contre l'Allemagne (1-2), samedi soir, à Prague, dans un des matchs au sommet des éliminatoires au championnat d'Europe 2008 de football. Une défaite qui ne compromet pas encore ses chances de qualification, mais néanmoins inquiétante pour l'avenir.

Photo: CTK
Les milliers de supporters allemands qui avaient envahi, samedi, les bars et rues de Prague ont chanté jusque tard dans la nuit. Et il y avait de quoi : en s'imposant (2-1) contre leur adversaire à priori le plus dangereux dans le groupe D, les partenaires de Michael Ballack ont non seulement fait un grand pas vers la qualification pour le prochain Euro helvéto-autrichien, mais ils ont également donné une leçon comme les Tchèques n'en avaient plus reçue depuis leur défaite traumatisante en Coupe du monde contre le Ghana. Que l'on apprécie ou non le football germanique, force est de reconnaître, que dans le stade du Sparta, l'Allemagne a sans doute livré un de ses matches les plus accomplis de ces dernières années, confirmant que sa troisième place obtenue lors de son Mondial ne l'avait pas été uniquement grâce à l'euphorie qui avait alors gagné le pays. Sur ce qu'elle a montré samedi, avec un jeu étonnamment séduisant, la Mannschaft a prouvé qu'elle était bien de retour parmi les grandes nations du ballon rond.

Photo: CTK
On ne peut pas en dire autant des Tchèques, dominés durant l'essentiel de la partie et qui ont singulièrement manqué d'imagination dans la construction du jeu, abusant de longs ballons pour un Jan Koller isolé au milieu de la paire de stoppeurs allemands. Souvent deuxièmes dans les duels, fébriles en défense, les joueurs de Karel Brückner ont longtemps courus dans le vide, notamment en première mi-temps. Encore une fois, ils doivent une fière chandelle à Petr Cech d'avoir limité les dégâts et même de ne pas avoir été humiliés. Sans le gardien de Chelsea, l'affaire aurait sans doute été pliée dès la mi-temps.

Photo: CTK
« Nous n'avons pas bien joué, surtout en première mi-temps, reconnaissait d'ailleurs l'arrière latéral gauche Marek Jankulovski à l'issue de la rencontre. Les Allemands nous ont surpris avec leur jeu en mouvement et leur activité. Ils ont su trouver les espaces et de notre côté, nous ne les avons pas assez pressés. Nous les avons trop laissés jouer et il est logique que nous ayons encaissé ce premier but. En seconde période, nous nous sommes efforcés de revenir, mais après le deuxième but, c'est devenu vraiment difficile. Finalement, nous sommes parvenus à marquer et à réduire le score, mais il faut admettre qu'aujourd'hui, les Allemands ont été meilleurs que nous. »

Photo: CTK
Menés 1 à 0 au repos, les Tchèques sont certes revenus sur le terrain avec d'autres intentions, mais le doublé de l'attaquant allemand Kevin Kuranyi à l'heure de jeu a sonné le glas de leurs espoirs. Et la réduction du score chanceuse de Milan Baros sur un tir dévié à un quart d'heure de la fin n'a rien changé au sort de la rencontre. Les deux buts concédés précédemment suite à de grossières erreurs avaient déjà pesé trop lourd dans la balance.

« Nous nous étions préparés à leurs grands joueurs et pourtant, c'est vrai, nous avons encaissé deux buts de la tête sur des situations semblables, un corner puis un centre venu d'un joueur libre de marquage, admettait Jankulovski. C'est dommage car avec de telles erreurs, il est difficile de faire un bon résultat contre une équipe comme l'Allemagne. Maintenant, il faut oublier et penser au prochain match contre Chypre, mercredi, pour prendre trois points très importants. »

Si elle est inquiétante de par son contenu et confirme que les Tchèques n'ont plus gagné contre une grande équipe depuis leur victoire contre les Pays-Bas à l'Euro 2004, cette défaite ne remet cependant pas encore en cause les chances de qualification tchèques. Après cinq matchs disputés, la Reprezentace conserve sa deuxième place elle aussi qualificative avec dix points, soit trois de moins que l'Allemagne, mais toujours devant l'Irlande et la Slovaquie, deux formations que la République tchèque recevra en outre à Prague.

République tchèque - Allemagne : 1-2 (mi-temps : 0-1)

Toyota Aréna (stade du Sparta Prague) - pelouse en très bon état, temps frais - Spectateurs : 17 821 (guichets fermés) - Buts : 41e Kuranyi (0-1), 62e Kuranyi (0-2), 76e Baros (1-2) - Avertissements : Galasek, Jankulovski, Koller (République tchèque) - Jansen, Lehmann (Allemagne) - Arbitres : Rosetti - Copelli, Stagnoli (Italie)

République tchèque : Cech - Ujfalusi (84e Vlcek), Jiranek, Rozehnal, Jankulovski - Sionko (46e Plasil), Plasil, Galasek (67e Kulic), Rosicky, Polak - Baros, Koller. Entraîneur : Karel Brückner.

Allemagne : Lehmann - Lahm, Mertesacker, Metzelder, Jansen - Schneider, Frings, Ballack, Schweinsteiger - Kuranyi, Podolski (88e Hitzlperger). Entraîneur : Joachim Löw.

Classement du groupe D :