Foot : une bouchée de Saint-Marin avant le plat principal irlandais

Zdenek Grygera et Marek Kulic, photo: CTK

L'équipe de République tchèque de football a écrasé Saint-Marin (7-0), samedi, à Liberec, en match éliminatoire à l'Euro 2008. Une troisième victoire consécutive qui aura servi de préparation avant le délicat déplacement en Irlande, mercredi.

Zdenek Grygera et Marek Kulic, photo: CTK
La République tchèque a facilement disposé de Saint-Marin (7-0) pour son troisième match comptant pour les éliminatoires du championnat d'Europe 2008. Après leurs victoires contre le pays de Galles (2-1) puis en Slovaquie (3-0), en septembre, les partenaires de Tomas Rosicky ont donc réalisé un sans-faute qui leur permet d'occuper provisoirement la tête du groupe D, avec neuf points, respectivement devant l'Allemagne, avec six points mais seulement deux matchs disputés, et la Slovaquie, large vainqueur à Cardiff des Gallois (5-1). Deux équipes qui se rencontreront à Bratislava, mercredi, tandis que les Tchèques affronteront dans le même temps l'Irlande à Dublin.

Tomas Ujfalusi, Jan Koller et David Jarolim, photo: CTK
Avant le coup d'envoi du match contre un adversaire représentant le troisième plus petit Etat européen après le Vatican et Monaco avec 29 000 habitants, et dont la seule victoire jamais obtenue remonte à 2004 contre le Liechtenstein (1-0) en amical, la question n'était pas vraiment de savoir qui allait gagner ou de quelle manière, mais plutôt par quel écart les Tchèques allaient s'imposer. Finalement, grâce à deux doublés de Milan Baros et Jan Koller, et trois autres buts signés Marek Kulic, Jan Polak et David Jarolim, les hommes de Karel Brückner ont inscrit sept buts, enregistrant ainsi la plus large victoire de leur histoire et égalant le record datant de 2005 lorsqu'ils avaient battu Andorre (8-1).

Jan Koller, photo: CTK
Le suspense, si suspense il y a eu, n'aura duré qu'un quart d'heure, le temps qu'il a fallu à l'attaquant de Mlada Boleslav Marek Kulic pour ouvrir la marque d'un superbe enchaînement contrôle de la poitrine - volée à la limite de la surface de réparation. A la mi-temps, les Tchèques avaient déjà fait l'essentiel du travail avec quatre buts au compteur. Un festival offensif qui se poursuivait en seconde mi-temps sur une pelouse détrempée face à une équipe saint-marinaise regroupée dans ses vingt derniers mètres et toute heureuse de ne concéder que trois buts supplémentaires, échappant ainsi à une correction du même type que celle qu'elle avait reçue quelques semaines plus tôt des Allemands (13-0).

Au-delà des trois points, cette canonnade aura surtout été l'occasion pour les attaquants Milan Baros, de retour d'une vilaine blessure à la voûte plantaire contractée avant la Coupe du monde, et Jan Koller, relégué sur le banc des remplaçants à Monaco, de retrouver le chemin des filets aprús une logue période d'abstinence. Et même s'il a admis douter du sens de telles rencontres face aux petits poucets du football européen, Milan Baros ne voyait d'ailleurs que du positif à l'issue de la partie :

Milan Baros, photo: CTK
« Quels que soient le match et l'adversaire, c'est toujours un plaisir pour moi de jouer en sélection. En plus, aujourd'hui, c'était le premier match que je disputais dès le début depuis l'Italie en Coupe du monde. J'ai repris l'entraînement depuis un mois, mais c'était mon premier match en entier et j'ai le sentiment que ma saison a véritablement commencé aujourd'hui. Beaucoup de monde pense que c'était un match inutile et facile, mais ça reste une rencontre internationale que des équipes comme Saint-Marin ont le droit de disputer, les buts sont comptabilisés et il ne faut sous-estimer personne, vous ne savez jamais d'avance ce qui peut arriver. J'ai inscrit un doublé, c'est bien et j'espère que même si ma saison n'a commencé qu'en octobre, elle va désormais se poursuivre sur le même rythme et sans blessure. »

Mercredi, dans la chaude ambiance de Lansdowne Road et face à une équipe d'Irlande humiliée (5-2) à Chypre, c'est toutefois à une toute autre opposition à laquelle les Tchèques doivent s'attendre et se préparer. Mais une nouvelle victoire reléguerait déjà les Irlandais à douze points et permettrait aux Tchèques de prendre une première option sur la qualification à l'Euro.