Frana Sramek

r_2100x1400_radio_praha.png
0:00
/
0:00

Le poète et écrivain Frana Sramek, anarchiste pendant une brève période de sa vie, a fortement influencé la jeune génération de poètes, après la Grande Guerre. Cinquante ans après sa disparition, Frana Sramek est toujours aussi vivant dans le monde de la poésie. La nouvelle génération le découvre, le lit, l'apprécie.

Un souffle de fraîcheur et de lumière. Ces poèmes et romans reflètent la souffrance, l'amour, l'espoir, l'amertume, la vitalité de la jeunesse, le désespoir et le tragique de l'existence. Parmi ses nombreuses oeuvres Juin(Cerven), les Cloches(Zvony), le Bleu et le rouge(Modry a rudy), le Piano et le violon(Klavir a housle), la Gloire de la vie(Slava zivota), l'Ile du grand amour(Ostrov velike lasky), le Vent d'argent(Stribrny vitr) qui fut une inspiration pour le film du même nom dans les années quarante. Frana Sramek est né le 19 janvier 1877 à Sobotka, en Bohême centrale, dans la famille d'un percepteur assistant. Frana passe, avec ses quatre frères, une enfance heureuse et harmonieuse. En raison de de la profession du père, la famille déménage souvent. Ainsi, Frana fréquente l'école primaire dans plusieurs villes, en définitive à Pisek. Ce sera dans cette charmante ville de la Bohême du sud qu'il commencera à étudier au lycée. Lorsque sa famille se déplace encore dans une autre ville, Frana prend une chambre d'étudiant dont il gardera un souvenir nostalgique de la vue, depuis sa fenêtre, donnant sur la rivière, un petit îlot et l'autre rive avec des petites maisons pittoresques. C'est ici que le jeune poète commence à écrire ses premières oeuvres. L'endroit l'inspire pour ses romans le Vent d'argent(Stribrny vitr), la Lune sur la rivière(Mesic nad rekou) et les trois poèmes de Pisek. Il admire beaucoup le célèbre Jaroslav Vrchlicky et Svatopluk Cech. Frana Sramek quitte le lycée de Pisek pour continuer ses études à Roudnice. Il fait ses adieux à ses amis par un poème, qu'il signe du pseudonyme Pavel Tristano.

Il passe son baccalauréat à Roudnice. Pendant ses études, il continue à écrire. Frana se met également à admirer les auteurs modernes et les représentants de la décadence, dont il lit les oeuvres sur les pages de la Revue moderne(Moderni revue). A l'âge de dix-neuf ans, il s'inscrit à la faculté de droit à Prague, désir de ses parents. Mais, évidemment, il est beaucoup plus attiré par la poésie. Il envoie ses quelques poèmes aux rédactions de la Revue moderne(Moderni revue) et Panorama(Rozhled), espérant les voir publiés. Ses poèmes sont refusés, le poète est déçu. En 1899, il passe son premier examen de droit et rejoint le 28e Régiment d'infanterie, à Ceske Budejovice, en tant que bénévole d'un an. Il prend son service, qui d'ailleurs se prolongera, à Freistadt, en Haute-Autriche. Au cours de son service, Frana Sramek publiera les poèmes Régicide(Kralovrah) et Mazziniada, ainsi que les Récits ironiques(Ironicke povidani).

A son retour, le jeune poète vit chez ses parents, à Ceske Budejovice, en Bohême du sud. Il continue son droit, sans pour autant cesser d'écrire et de publier ses poèmes dans le magazine Garde du peuple(Straz lidu). Finalement, il décide d'arrêter ses études de droit, n'y voyant aucun intérêt. Il revient à Prague. Le jeune homme est alors âgé de vingt six ans. Il est obligé de gagner sa vie, car ses parents refusent de lui porter assistance. Il publie tout de même ses poèmes articles et récits dans un assez grand nombre de magazines et revues : Rude kvety(Fleurs rouges), Lumir, Srdce(le Coeur), la Vie moderne(Moderni zivot) et bien d'autres. C'est la période où il montre son refus total vis à vis de la société bourgeoise et de ses institutions. Le 19 juillet 1904, il envoie à la préfecture d'arrondissement une lettre, annonçant sa mise au ban de l'Eglise catholique. Un an après, Frana Sramek est nommé rédacteur du magazine anarchiste Travail(Prace). Il publie sous différents pseudonymes, dans l'anonymat, mais aussi sous son propre nom. Le magazine Travail publie des informations sur la guerre entre le Japon et la Russie, ainsi que sur la révolte du cuirassé Potemkin, initiateur de la révolution de 1905 en Russie. Frana Sramek réagit par une réflexion, le Monstre bouffe(Potvora zere).

A cette époque, le poète - écrivain publie à profusion. On retrouve dans ses oeuvres l'amour, la passion, le désir et la lâcheté. Le mouvement anarchiste est en pleine crise. Les membres sont poursuivis par les autorités et les opinions diffèrent, même entre eux. Frana Sramek veut créer un nouveau magazine Rupture(Lom). Le projet tombera à l'eau. Le poète se replie sur lui-même et ne se consacre qu'à sa vocation de poète et écrivain. Il écrit beaucoup, mais n'arrive pas toujours à nouer les deux bouts. On peut dire, qu'à partir des années trente, Frana Sramek ne participe plus activement à la vie publique. Il refuse même de devenir membre de l'Académie et pendant la Seconde Guerre mondiale il ne quitte plus son appartement. En 1945, le fameux poète - écrivain publie son dernier livre les Plaies, les roses(Rany, ruze).

Frana Sramek est décédé le 1er juillet 1952, à Prague.