František Václav Míča, auteur du premier opéra tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png

La musique tchèque de la première moitié du 18ème siècle serait bien appauvrie sans František Václav Míča, compositeur qui n'a vécu que 50 ans, mais qui a laissé une trace ineffaçable dans la vie musicale tchèque. Il est né en 1694, à Trebíč en Moravie, dans la famille d'un organiste.

Talent précoce, il entre dans un orchestre de Vienne, déjà à l'âge de 17 ans. C'est à Vienne, qu'il fait aussi ses études musicales. Pendant toute sa vie, il est au service du comte de Questenberg. En 1722 il devient chef d'orchestre et, à l'âge de 29 ans, il se met à composer. Il compose beaucoup pour la cour impériale de Vienne. Il laissera à la postérité oratorios, cantates, symphonies, quatuors. Son style est proche de celui du compositeur italien Domenico Caldara.

C'est dans le style italien qu'il compose aussi l'opéra L'origine di Jaromeritz in Moravia, son seul oeuvre lyrique qui est aussi, probablement, le premier opéra tchèque. Le livret raconte une légende sur la fondation de la ville et du château de Jaroměřice. Ce grand château, qui est une merveille de l'art baroque, appartient aussi au comte de Questenberg, et c'est chez lui que František Václav Míča passera une grande partie de son existence et y restera, jusqu'à sa mort, en 1744. Il y sera chef d'orchestre, compositeur, organiste et brillant animateur de la vie musicale.

On pourrait penser que Míča était trop sous l'emprise du style italien, mais il faut lui rendre justice, car il ne manquait pas non plus d'une certaine originalité. Dans sa symphonie en Ré majeur, découverte en 1936, par exemple, on décèle déjà les premiers signes caractéristiques de la forme sonate. Son oeuvre la plus connue restera, cependant, son opéra sur l'origine de Jaroměřice. Voici un peu de musique de cette oeuvre qui a été donnée, pour la première fois, au château de Jaroměřice en 1730...