Il y a 120 ans naissait Toyen, l’une des artistes surréalistes les plus célèbres du XXe siècle

Marie Čermínová (Toyen), l'exposition Toyen - Snící rebelka

Toyen était une femme aussi originale que son œuvre, qui se vend aujourd’hui à des plusieurs dizaines de millions de couronnes.

Toyen à Paris,  l'exposition Toyen - Snící rebelka | Photo: Klára Stejskalová,  Radio Prague Int.

Née Marie Čermínová le 21 septembre 1902 dans le quartier pragois de Smíchov, Toyen a quitté sa famille alors qu’elle n’avait que 16 ans. Rebelle, elle était déjà une femme qui refusait le rôle traditionnel de femme. Ce qui ne l’empêchait pas d’avoir du succès auprès des hommes : les poètes Vítězslav Nezval et Paul Eluard étaient tous deux épris de la peintre en smoking, qui parlait d’elle au masculin. C’est à Paris qu’elle a fait la connaissance du poète français Paul Eluard. La capitale française est devenue sa deuxième maison, et c’est d’ailleurs là qu’elle est décédée, en novembre 1980.

'Cirkus',  Toyen | Photo: Adolf Loos Apartment and Gallery

« Toyen, la rebelle rêveuse »

L’exposition qui a attiré les foules l’an passé à Prague, avant d’être exposée à Hambourg, puis à Paris, où les visiteurs ont pu apprécier, entre autres, les œuvres peintes par Toyen avant son arrivée en France, ainsi que celles faisant partie de collections privées.

Il faut s’attendre à ce que ce succès international fasse encore monter les enchères sur les tableaux de cette représentante majeure du surréalisme. Son huile intitulée « Cirkus » s’était vendue 80 millions de couronnes (plus de 3,2 millions d’euros) au printemps 2021 ; cette année, le tableau « Samotáři » (« Les solitaires ») s’est venu à 54 millions de couronnes (plus de 2,2 millions d’euros), confirmant ainsi à Toyen son surnom de « reine des enchères ».

Toyen,  'Les solitaires' | Photo: Galerie Kodl