Il y a 95 ans naissait le peintre Mikuláš Medek

Mikuláš Medek, 'Le grand repas', 1956

Les tableaux de ce grand peintre tchèque de la seconde moitié du XXe siècle, qui était interdit d’exposition sous le régime communiste, se vendent à des millions de couronnes.

Mikuláš Medek | Photo: ČT

Les premières œuvres du peintre, graphiste, illustrateur et poète Mikuláš Medek étaient inspirées par l’art expressionniste et cubiste.  Cependant, c’est surtout le surréalisme et l'existentialisme qui l’ont influencé. De l’art figuratif, il s’est par la suite tourné vers l’abstrait, qui a ensuite constitué une part essentielle de son expression artistique également qualifiée d’art informel.

Mikuláš Medek,  'Les signals',  1969 | Photo: Galerie nationale de Prague
Mikuláš Medek,  'Le nu dans les épines',  1954 | Photo: Collection privée/Galerie nationale de Prague

L’histoire de la vie de Mikuláš Medek est celle d’une lutte entre un esprit libre et la dictature communiste. Au début des années 1950, ses œuvres sont empreintes de la réalité de la guerre froide, la répression stalinienne et la perte de perspectives. Plus tard, à l’image de ses tableaux « Spící IV » ou « Nahý v trní », tous deux créés en 1957, ses motifs se font de plus en plus abstraits et géométriques.

Ses tableaux avaient également une dimension spirituelle, ce qui fit de lui un auteur de tableaux de grandes dimensions destinés aux intérieurs des églises. L’un des plus célèbres d’entre eux est celui surmontant l’autel de l’église de Jedovnice, en Moravie. Il présente une croix bleutée avec en son centre un soleil éblouissant.

Le tableau de Mikuláš Medek à l’église de Jedovnice | Photo: Site officiel de Farnost Jedovnice

Né le 3 novembre 1926 dans la famille de l’écrivain, légionnaire et général Rudolf Medek, Mikuláš Medek était également le petit-fils du peintre Antonín Slavíček. Il est mort d’une grave maladie le 23 août 1974, alors qu’il n’avait que 48 ans.

Sous le régime communiste, le peintre ne pouvait pas exposer et les marchés publics lui étaient refusés. Même sa monographie fut interdite de publication. Ce n’est qu’après la révolution de 1989 que son œuvre a véritablement été découverte par le public.

L’exposition de Mikuláš Medek 'Nahý v trní' au Manège Wallenstein | Photo: Čeněk Folk,  Galerie nationale de Prague