Il y a dix ans, « Kolya » de Jan Sverak recevait l'Oscar du Meilleur film étranger

Kolya

Karel Roden, Karel Dobry, Miroslav Taborsky ou Klara Issova - autant de stars du cinéma national qui ont réussi à percer sur la scène internationale. Mais les films tchèques dans lesquels ils jouent, pourquoi demeurent-ils quasi inconnus dans le monde ? « Les jeunes réalisateurs ont du mal à placer leurs 'micro-drames' absurdes, voire comiques, dans le contexte du 'macro-monde' d'aujourd'hui », constate le journaliste Petr Fischer dans Hospodarske noviny.

Il cite une exception qui échappe à sa caractéristique : le réalisateur Jan Sverak, auteur, avec son père scénariste et acteur, du film Kolya, Oscar du Meilleur film étranger en 1997. Kolya, cette histoire d'un gamin russe qui se retrouve à Prague quelques mois avant la chute du communisme, et qui se fait « adopter » par un musicien et coureur de jupons, a fait un excellent score : un million d'entrées en RT et 8,5 millions de dollars de recettes aux Etats-Unis. Ecoutez l'historien du cinéma Tomas Hala :

« Je me souviens avoir été très curieux, à l'époque, de savoir à quel point les Sverak avaient-il réussi leur film qui a suscité des réactions contradictoires : une partie du public tchèque l'a très apprécié, l'autre l'a trouvé assez kitsch. C'est un film qui vient du coeur - c'est la première impression que j'ai eue après l'avoir vu. Il met l'accent sur les valeurs comme la tolérance, la volonté de sacrifice, la sensibilité envers l'autrui. En plus, Kolya se distingue par des performances des acteurs assez exceptionnelles. L'auteur du scénario et acteur principal du film, Zdenek Sverak, a même été comparé, à l'étranger, à Sean Connery, du fait qu'il lui ressemble physiquement et qu'il est doté de ce même charisme d'un homme d'un certain âge, expérimenté. »

Zdenek Sverak, irréprochable dans le rôle du violoncelliste Louka, tout comme Libuse Safrankova qui a incarné son amie chanteuse, se souvient :

« Cela fait dix ans déjà, et mes souvenirs du tournage sont pourtant frais. Je ne réalise toujours pas que ce petit garçon que j'ai tellement aimé est aujourd'hui un adolescent de 17 ans. Kolya a remporté le plus de succès de tous les films que nous avons écrit ensemble avec mon fils Jan. Je ne dis pas que c'est mon film préféré. J'ai un faible pour 'Obecna skola' (La communale), mais qui n'était pas à tel point compréhensible pour le public étranger que Kolya. Le grand atout de ce film, c'est justement le fait que son histoire est abordable pour tout le monde, vraiment pour tout le monde... »

« Il a été génial, génial ce petit garçon ! » affirme Lilian Malkina, une des actrices russes du film Kolya. Kolya, adulé par le public tchèque, s'appelle Andreï Khalimon. Après Kolya, il a joué dans des publicités, dans une coproduction russo-japonaise et dans un film italien. « Il n'a plus jamais été aussi authentique que dans Kolya », constate Irina Bezrukova qui a joué sa mère dans le film de Jan Sverak. Andreï Khalimon vit aujourd'hui à Moscou. Olga Kalinina du service russe de RP lui a téléphoné, pour en savoir plus sur ses projets :

« Je termine mes études au lycée en ce moment...Je veux étudier la production. Je veux trouver de l'argent pour de bons films. »

Tomas Hala ajoute :

Jan Sverak
« Kolya représente certainement un moment crucial dans la carrière de Jan Sverak. Après avoir reçu le Globe d'Or et l'Oscar, on lui a proposé de tourner plusieurs films à l'étranger, par exemple une adaptation de John Irving 'L'oeuvre de Dieu, la part du diable' ou le film 'Nadia' avec Nicole Kidman. Mais lui, il a tout refusé, il est resté en République tchèque et a réalisé 'Tmavomodry svet' (Le monde en bleu foncé), un film très exigeant qui n'a pas été applaudi par tout le monde. En tout cas, son succès n'a pas éclipsé celui de Kolya. Actuellement, Jan Sverak tourne un nouveau film qui s'appelle 'Vratne lahve' (Les bouteilles consignées), il s'agit une fois de plus d'une collaboration avec son père Zdenek. Je lui souhaite du succès et je suis impatient de voir comment il a évolué, depuis dix ans, en tant que réalisateur. »

Je précise que ce nouveau film de Jan Sverak devrait sortir en salles le 8 mars prochain.

Auteurs: Magdalena Hrozínková , Olga Kalinina
mot-clé:
lancer la lecture