Jaromir Jagr Sportif tchèque de l'année

Jaromir Jagr, photo: CTK

Le hockeyeur Jaromir Jagr a été élu Sportif tchèque de l'année 2005. Un titre qui récompense un joueur d'exception et une saison marquée, entre autres, par la victoire avec l'équipe nationale au championnat du monde en Autriche et un retour épatant au sein de l'attaque des New York Rangers en NHL.

Jaromir Jagr, photo: CTK
Le hockey sur glace est bien le sport roi en République tchèque. Samedi soir, à Prague, au cours d'une pompeuse cérémonie, il a eu droit à tous les honneurs. Championne du monde à Vienne, en mai dernier, l'équipe nationale a ainsi été élue « Collectif de l'année », tandis que son leader, Jaromir Jagr, a, lui, était sacré pour la première fois de sa riche carrière Sportif tchèque 2005 à l'issue du vote auquel ont pris part les 165 membres du Club des journalistes sportifs.

L'ailier des New York Rangers, joueur le mieux payé de toute la ligue nord-américaine NHL, succède donc au palmarès au décathlonien Roman Sebrle. Depuis les Etats-Unis, et avant son match de dimanche soir au Madison Square Garden contre l'Avalanche du Colorado, Jaromir Jagr, qui figure actuellement en tête du classement des meilleurs marqueurs de la ligue avec 23 buts et 28 assists (passes décisives) en 34 matches, s'est toutefois voulu modeste à l'annonce des résultats de l'enquête :

« Le hockey est un sport collectif. Pour gagner, vous avez besoin de toute l'équipe, de vos partenaires. Il ne faut pas l'oublier. Mes partenaires ont été excellents tout au long de cette saison. C'est grâce à eux et tous ensemble que nous avons gagné le championnat du monde. Je suis donc bien entendu satisfait d'avoir remporté cette enquête pour la première fois mais sans mes partenaires, je n'aurais par reçu cette récompense personnelle. »

Katerina Neumannova, photo: CTK
En battant (3-0) le Canada en finale du Mondial autrichien au printemps dernier, Jaromir Jagr avait complété un palmarès dont très peu de joueurs dans le monde peuvent se targuer. A 32 ans, l'attaquant de 105 kilos aux feintes déroutantes, qui avait rejoint la NHL à 18 ans peu de temps après la chute du régime communiste avec le numéro 68 sur le dos en mémoire de son grand-père décédé lors de l'occupation de la Tchécoslovaquie par les troupes du pact de Varsovie en août 1968, a, en effet, remporté pratiquement tout ce qu'un joueur de hockey peut rêver. Outre le titre mondial, donc, il a également été champion olympique à Nagano en 1998, a remporté deux fois la Coupe Stanley en 1991 et 1992 avec les Pittsburgh Penguins (et Mario Lemieux à ses côtés) et a décroché pas moins de cinq fois le trophée de meilleur marqueur de la NHL (Art Ross Trophy), une fois celui de joueur le plus utile pour son équipe de toute la ligue (Hart Trophy) et deux fois celui de meilleur joueur de la ligue choisi par ses pairs (Lester B. Pearson Trophy).

Juste derrière l'une des plus grandes stars contemporaines du sport tchèque, on retrouve la fondeuse Katerina Neumannova dont l'année 2005, en plus de ses très bonnes performances en Coupe du monde, restera gravée dans les mémoires pour son titre de championne du monde acquis sur 10 kilomètres style libre. Une deuxième place que la quatruple médaillée olympique des Jeux de Nagano et Salt Lake City a accueillie avec fair-play :

« Tout le monde aime gagner, mais c'est différent lors d'une telle enquête. Je ne pouvais pas influencer les résultats. Je suis forcément un peu déçue, mais tant qu'à finir deuxième, autant que ce soit avec un tout petit écart, ce qui est le cas, et ça me console un peu. Et puis, il est très difficile de terminer devant les vedettes des sports collectifs. La popularité de ces sports influence les résultats de l'enquête. Je suis quand même contente de mon classement et puis il faut être juste et reconnaître que Jaromir a eu deux saisons exceptionnelles de suite et il était très difficile de le battre. »

Jakub Janda, photo: CTK
C'est un autre représentant des sports d'hiver, le sauteur à skis Jakub Janda, actuel leader de la Coupe du monde et médaillé d'argent et de bronze sur petit et grand tremplin en février aux Championnats du monde d'Obersdorf, en Allemagne, qui complète le podium. Le lauréat de 2004, Roman Sebrle, médaillé d'argent du décathlon des Championnats du monde d'Helsinky, apparaît, lui, cette fois, en quatrième position. Enfin, les footballeurs Petr Cech et Vladimir Smicer, ce dernier héros de l'incroyable finale de Ligue des champions remportée par Liverpool, qui ont tous les deux grandement contribué à la qualification de l'équipe nationale pour la Coupe du monde 2006, arrivent respectivement en cinquième et sixième position.

Josef Masopust, photo: CTK
Dans la catégorie des sports collectifs, c'est donc l'équipe de République tchèque de hockey sur glace qui a été désignée « Collectif de l'année », devant l'équipe de football et l'équipe nationale féminine de basket-ball devenue, elle, championne d'Europe en septembre en Turquie pour la première fois de son histoire.

Enfin, c'est le joueur de football Josef Masopust, qui avait reçu le Ballon d'or France Football 1962 quelques mois après la finale perdue par la Tchécoslovaquie contre le Brésil lors de la Coupe du monde au Chili, qui a eu droit au titre de « Légende sportive ». L'ancien maître à jouer du Dukla Prague a reçu le trophée des mains de Dana Zatopkova, championne olympique du lancer de javelot en 1948 à Londres et veuve du plus grand des sportifs tchèques de l'histoire, Emil Zatopek.