JO de Pékin : déjà deux médailles d’or

Kateřina Emmons and David Kostelecký, photo: CTK

Les Jeux olympiques de Pékin ont démarré en fanfare pour les Tchèques avec deux médailles d’or obtenues lors des deux premières journées de compétition. Samedi, c’est d’abord Kateřina Emmons qui a été sacrée championne olympique du tir à la carabine à 10 mètres. Elle a été imitée, dimanche, toujours en tir, par David Kostelecký, vainqueur, lui, de l’épreuve de trap.

Kateřina Emmons, photo: CTK
C’est donc à une Tchèque que la toute première médaille d’or de ces XXIXes JO a été attribuée. Quelques heures à peine après que se soit achevée la cérémonie d’ouverture et qu’ait été allumée la flamme, Kateřina Emmons s’est imposée dans l’épreuve du tir à la carabine à 10 mètres. La Tchèque, qui porte le nom de son mari américain sacré, lui, à Athènes en 2004, a d’abord remporté les qualifications en égalant le record du monde avec un total de 400 points sur 400 possibles. Elle a ensuite conservé son avance lors de la finale et terminé avec un total de 503,5 points qui constitue un nouveau record olympique. Sur le podium, Kateřina Emmons a devancé la Russe Ljubov Galkina et la Croate Snjezana Pejcic. Faisant la course en tête, la Tchèque a toujours semblé maître de son sujet. Pour autant, tout ne fut pas si simple, comme elle l’a expliqué :

Kateřina Emmons, photo: CTK
« Difficile ! Oui, ça a été un des concours les plus difficiles de ma carrière. Quand je me suis présentée pour tirer, j’ai commencé à être très nerveuse et je ne me sentais pas vraiment du mieux possible. Je me suis alors dit de ne pas trop penser au contexte, de faire abstraction de tout ce qu’il y avait autour. J’ai donc tiré sans calculer et les points se sont accumulés. »

Il y a quatre ans, à Athènes, Kateřina Emmons, qui portait alors encore son nom de jeune fille Kůrková, avait déjà remporté une médaille de bronze dans la même discipline. Mais elle était rentrée de Grèce avec un autre trophée en poche puisque l’Américain Matthew Emmons, champion olympique en titre à la carabine en position couchée, était devenu son mari quelques temps plus tard. A 24 ans seulement, la Tchèque, qui était la plus jeune finaliste en Chine et dont le père-entraîneur a lui aussi été double champion du monde, présente donc déjà un copieux palmarès avec notamment un titre de championne du monde et un autre de championne d’Europe. Un palmarès qui pourrait encore s’épaissir d’un podium dans l’épreuve de tir à 50 mètres trois positions. Et ce sans compter un éventuel succès de son époux…

David Kostelecký, photo: CTK
Toujours en tir, mais en trap cette fois, discipline également appelée fosse, un autre Tchèque a donc été sacré champion olympique dimanche. A égalité de points à l’issue des qualifications, David Kostelecký a lui aussi signé un sans-faute en finale, en touchant tous les plateaux malgré la pluie torrentielle qui tombait sur la capitale chinoise. Avec un total de 146 points, il a devancé l’Italien Giovanni Pellielo et le Russe Alexey Alipov. A 33 ans, David Kostelecký a donc réalisé la plus belle performance de sa carrière, le « rêve de ma vie », a-t-il même affirmé :

David Kostelecký, photo: CTK
« J’avais confiance en moi. Je savais que j’allais bien tirer car je me sentais libéré, calme, tout à fait bien. Mais bon, je pense que toucher les 25 plateaux en finale olympique est une performance qui ne se reverra pas de sitôt, en plus dans les conditions dans lesquelles s’est disputé le concours. Je pense que c’est avant tout une question de mental. A vrai dire, je ne sais même pas encore qui s’est classé deuxième et troisième, mais je n’ai pas eu trop le temps d’y réfléchir. »

Grâce à cette deuxième médaille d’or, la République tchèque figurait à la quatrième place au classement par pays à l’issue de la deuxième journée de compétition. Dans les autres sports, aucune autre médaille n’est cependant venue compléter ce tableau provisoire.

En cyclisme, Roman Kreuziger a terminé 45e de l’épreuve en ligne remportée, samedi, par l’Espagnol Samuel Sanchez. Le Tchèque, 13e du dernier Tour de France, a pourtant longtemps figuré, jusqu’à trois tours de l’arrivée, dans un groupe de vingt-quatre échappés dans lequel se trouvait également Carlos Sastre, récent vainqueur de la Grande Boucle. A l’arrivée, Roman Kreuziger a toutefois reconnu qu’il n’avait « pas les jambes » pour viser un podium.

Photo: CTK
En basket-ball, après une lourde défaite de quarante points (57-97) subie contre les Etats-Unis pour son entrée en matière, l’équipe féminine tchèque s’est reprise, lundi, en disposant facilement du Mali (81-47). La seule équipe tchèque en compétition à Pékin dans les sports collectifs conserve donc toutes ses chances de qualification pour les quarts de finale.

Enfin, en tennis, dans le tableau féminin, nouvelle grosse déception pour Nicole Vaidisova qui a été éliminée dès le premier tour par la Française Alizé Cornet, tète de série n° 15, en trois sets (6-4, 1-6, 4-6). En revanche, chez les hommes, Tomas Berdych s’est facilement qualifié pour le deuxième tour.