La centrale nucléaire de Temelin - pas de raison pour ne pas activer le combustible

r_2100x1400_radio_praha.png

Il n'y a pas que les Décrets Benes qui divisent les parties tchèque et autrichienne. C'est aussi la politique nucléaire tchèque qui est une épine dans l'oeil du cabinet de Vienne. Il s'agit du cas précis de la centrale nucléaire de Temelin, en Bohême du sud, donc à proximité de l'Autriche. Sa première section doit être mise en service au début de septembre. L'Agence internationale pour l'énergie nucléaire à Vienne trouve la centrale de Temelin parfaitement sûre. Du point de vue de la sécurité, il n'y a pas une seule raison pour ne pas activer le combustible.

Or, les inspecteurs du Bureau tchèque de la sécurité nucléaire admettent qu'il existe un certain risque que présentent les soupapes de sûreté sur la conduite de vapeur, mais qui n'a absolument rien à voir avec la sûreté nucléaire. Ces soupapes ne sont pas adaptées à la pénétration de l'eau en cas de situation inattendue. Ce problème est connu depuis 1996. Comme la construction ne permet pas de le supprimer, on y a ajouté encore un système de contrôle supplémentaire, souligne le Bureau national. Ce risque est l'un de ceux sur lesquels la Société allemande de la sécurité des établissements nucléaires et des réacteurs, GRS, attire l'attention dans son étude. Le gouvernement tchèque a confirmé qu'une rencontre d'experts aura lieu le 5 septembre et qu'il est prêt à y répondre à toutes les questions. Mercredi, le gouvernement a pris acte du rapport sur la sécurité de Temelin et chargé le Bureau de l'informer dès qu'il aura donné l'autorisation d'activer le combustible.