La centrale nucléaire de Temelin - problèmes diplomatiques

r_2100x1400_radio_praha.png

Protestations allemandes contre la centrale nucléaire de Temelin, le policier qui a tué une femme à Melnik sera traduit en justice, le ministre de la Santé publique accentue sa lutte contre le tabagisme, une initiative tchèque contre l'organisation des Jeux olympiques en Chine, l'extrémisme prend de l'ampleur en Tchéquie, à l'aéroport de Prague, les Britanniques contrôlent les voyageurs en partance pour Londres, la production de l'absinth en République tchèque, tels sont les thèmes majeurs que nous vous proposons dans ce programme d'actualité.

Temelin
La centrale nucléaire de Temelin continue à faire parler d'elle. Le gouvernement allemand vient de prendre une position officielle à son égard. Alain Slivinsky.

L'Allemagne appelle le gouvernement tchèque à revenir sur sa décision de mettre en service la centrale nucléaire de Temelin. Le ministère tchèque des Affaires étrangères a reçu, mardi, une note officielle du gouvernement de Berlin, à ce sujet. Le texte du document est identique à celui que les Affaires étrangères tchèques possédaient, déjà, depuis vendredi. Le porte-parole du ministère, Ales Pospisil, a déclaré, en ce qui concerne ce document : « Nous accueillons avec satisfaction, surtout le fait que le contenu de ce document ne soit pas lié aux négociations en cours, sur l'entrée de la République tchèque à l'Union européenne ». Le texte du document exprime, en plus de cela, la position du gouvernement allemand, pas seulement d'une de ses parties, par exemple, le ministère de l'Environnement. La Commission européenne, de son côté, n'a pas reçu de déclaration gouvernementale ou autre en provenance d'Allemagne. Elle n'a donc pas à s'exprimer sur l'appel émanant de Berlin, au sujet de la centrale nucléaire de Temelin. Quelle est la première réaction du gouvernement tchèque ? C'est le Vice-premier ministre, Vladimir Spidla, qui l'a formulée, après des consultations avec le Premier ministre, Milos Zeman, et la directrice de l'Office du contrôle nucléaire, Dana Drabova : « La République tchèque est en mesure d'exploiter Temelin, au niveau des normes les plus élevées. La décision incombe pleinement à la République tchèque, en tant qu'Etat souverain ». Ceci est d'ailleurs pleinement respecté par le gouvernement allemand, mais il demande un dialogue avec le gouvernement tchèque. Dans le document envoyé à Prague, il est écrit que : « Le gouvernement fédéral allemand prie le gouvernement de la République tchèque de bien vouloir commencer les consultations sur les questions exprimées (la mise en service de la centrale de Temelin) ». Le Premier ministre, Milos Zeman, et le ministre des Affaires étrangères, Jan Kavan, se sont refusés à tout commentaire, avant d'avoir effectué une analyse détaillée de la note allemande. D'un autre côté, on apprend que la question de Temelin divise le gouvernement autrichien, mais aussi que celui-ci a décidé d'attendre le résultat de la réalisation de l'accord de Melk, conclu entre les gouvernements tchèque et autrichien.