La diplomatie autrichienne s'est prononcée sur les Décrets Benes

r_2100x1400_radio_praha.png

La diplomatie autrichienne est intervenue au débat déclenché, cette semaine, par la déclaration de Jörg Haider du parti des Libéraux. Selon ce dernier, avant d'entrer à l'Union européenne, la République tchèque et la Slovénie doivent annuler les décrets sur l'expatriation des minorités allemandes après la guerre.

La diplomatie autrichienne est intervenue au débat déclenché, cette semaine, par la déclaration de Jörg Haider du parti des Libéraux. Selon ce dernier, avant d'entrer à l'Union européenne, la République tchèque et la Slovénie doivent annuler les décrets sur l'expatriation des minorités allemandes après la guerre. L'admission des deux pays à l'Union européenne ne sera pas liée aux Décrets Benes ni aux documents pareils de l'ancienne organisation yougoslave AVNOJ, a déclaré le ministère autrichien des Affaires étrangères. En même temps, sa déclaration indique que le gouvernement autrichien continuera à oeuvrer en vue de l'annulation des Décrets Benes qui sont, selon les normes actuelles, en contradiction avec les droits de l'homme et le droit international. La culpabilité collective, dont il s'agit dans ces Décrets, est contraire aux principes juridiques occidentaux, indique le ministère.

Quant aux Décrets Benes, la partie tchèque a à maintes reprises souligné qu'il s'agit d'une norme juridique ayant fait, en son temps, partie du code juridique tchécoslovaque et en tant que telle ne peut pas être annulée rétroactivement, mais qu'elle est aujourd'hui désuète.