La main-oeuvre tchèque en Autriche ?

r_2100x1400_radio_praha.png

La question de la libre circulation des personnes, après l'entrée de la République tchèque à l'Union européenne, est l'objet d'âpres discussions, depuis un certain temps. En effet, l'Autriche et l'Allemagne demandent une période de transition de 7 ans, avant que les Tchèques puissent aller travailler dans ces pays. La raison invoquée ? Les Tchèques travaillant pour des salaires moins élevés occuperaient les postes des citoyens autrichiens et allemands. Pourtant, en Haute-Autriche, où le taux de chômage est tout juste au-dessus de 3 %, le manque de main-d'oeuvre se fait ressentir, déjà maintenant. Les patrons recherchent des ouvriers qualifiés, des maçons, des charpentiers, des menuisiers, des garçons de café, des spécialistes etc. Le président de la Chambre de l'Industrie de la Haute-Autriche, Walter Bremberger, déclare ouvertement que si la décision incombait aux patrons, aucune demande de période de transition ne serait présentée en ce qui concerne l'entrée de la Tchéquie à l'Union européenne. Selon lui, le gouvernement autrichien se trouve sous la pression des électeurs. Les spécialistes tchèques en la matière affirment, d'ailleurs, que les Tchèques qui veulent travailler en Autriche ou en Allemagne y sont déjà employés.