La maladie de la vache folle et la Tchéquie

r_2100x1400_radio_praha.png

La maladie de Creutzfeldt Jacob, dans sa nouvelle version dite "maladie de la vache folle", a-t-elle fait des victimes en Tchéquie? Pour répondre à cette question, Omar Mounir a ramassé les informations disponibles dans les médias.

Il ressort d'un article publié par Pravo, cette semaine, que lors des cinq dernières années, cinq personnes ont décédé de la maladie de la vache folle. Les experts soulignent bien qu'il s'agit là des seuls cas, tandis que l'on ne sait pas de quoi pourrait être fait l'avenir. Cependant, admettent ces experts, rien n'exclut que des milliers de Tchèques soient infectés par la maladie, suite à un séjour plus ou moins long dans les pays d'Europe occidentale touchés par la maladie.

Le docteur Jaroslav Kriz, directeur de l'Institut national de la santé, estime que seules trois personnes sont mortes lors des cinq dernières années. Mais il ne sait pas, en raison de la longue période d'incubation, où le virus a été contracté. Le premier cas enregistré remonte à 1996, et c'était un homme de 42 ans de Sumperk, et le dernier cas, c'était en 1998, une femme de 57 ans de la région de Rakovnik, précise le médecin.

Selon le docteur Kriz, ces cas n'ont pas d'équivalent en République tchèque, et il est peu probable que les malades aient été infectés par une viande bovine importée. Il a ajouté que les services d'hygiène excluent que cette maladie existe dans le pays et que les services vétérinaires, à leur tour, n'ont jamais signalé d'atteinte parmi les bovidés. Est-ce à dire qu'aucun cas n'a jamais été enregistré? Une précision: selon les informations officielles, la Tchéquie n'importe pas de viande des pays de l'Union européenne. En revanche, elle en exporte ver l'Union.

Le docteur Josef Duben de l'Institut vétérinaire, cité par Vecernik Praha, livraison de ce jeudi, est affirmatif: la maladie de Creutzfeld Jacob ayant été à l'origine du décès de quelques personnes, ces dernières années, n'a rien à voir avec l'encephalopathie spongiforme bovine. Il s'agit de la maladie dans sa version humaine.

Le journal ajoute que si la maladie est apparue en Angleterre, c'est parce que les bovidés ont été alimentés de farine provenant de viandes malades et passée par des fours où la température n'excède guère 100°. Ce qui ne serait pas le cas en Tchéquie où la température dans les fours serait supérieure à 100° avec une durée de stérilisation de 20 mn.

Enfin, tous les contrôles de précaution usités en Occident sont effectués dans les laboratoires tchèques. Et sur les 200 échantillons de cervelle examinés en laboratoire, depuis le début de l'année, pas un seul cas d'infection n'aurait été enregistré.

Auteur: Omar Mounir
lancer la lecture