La place Venceslas lieu touristique mais aussi ou l’histoire s’est écrite

Photo: Stepanka Budkova

Nous nous retrouvons donc pour une nouvelle édition de notre rubrique touristique, mais comme le 17 novembre est une date symbolique, le sujet sera un peu symbolique aussi ou plutôt spécial. Nous avons choisi de vous présenter un haut-lieu du tourisme à Prague, mais aussi un haut-lieu de l’histoire. Nous voulons parler de la célèbre place Venceslas.

Photo: Stepanka Budkova
On l’appelle la place Venceslas, mais en réalité ce n’est pas une véritable place, mais plutôt une très large avenue qui traverse une partie de la Nouvelle Ville de Prague. En haut, se trouve le bâtiment du Musée national et en bas, un carrefour de rue qui est réservé aux piétons. C’est sur cette place que se sont déroulés bon nombre d’événements historiques. La place Venceslas est aussi un lieu de rendez-vous pratique, en haut sous la statue de saint Venceslas, le patron de la Bohême.

Novembre 1989
C’était au mois de novembre 1989, le mois de la Révolution de velours qui a entraîné la chute du régime communiste et le retour de la démocratie dans l’ancienne Tchécoslovaquie. C’est ici aussi, qu’a débuté le processus de la naissance de la Tchéquie indépendante, le 1er janvier 1993, après la partition de la Tchécoslovaquie. Revenons, pourtant, dans le passé avec l’histoire de la place Venceslas…

La conception grandiose de la place Venceslas est apparue sous le règne de Charles IV, roi de Bohême et empereur germanique, lors de la création de la Nouvelle Ville de Prague, en 1348. La place est longue de 750 mètres et large de 63 mètres dans sa partie haute et de 48 mètres dans sa partie basse. Dans les années suivant sa fondation, de nombreux immeubles, mais surtout des petits commerces, des ateliers, des brasseries y furent construits. A l’origine, cette large avenue n’avait rien à voir avec le patron de la Bohême, saint Venceslas, c’était tout simplement le Marché aux chevaux. Au début, les maquignons, mais aussi les agriculteurs s’y retrouvaient pour vendre leurs produits. Un peu plus tard, le bas de la place fut réservé au marché aux épices et aux tissus. Cela dura jusqu’en 1877. La place a aussi servi aux exécutions. Elle possédait deux potences, en haut et en bas. Le bas de la place qui s’appelle toujours « Mustek », ce qui veut dire « petit pont », a longtemps été occupé par un petit étang et un moulin. On pouvait aussi s’y abreuver à un puit public et, plus tard, à trois fontaines, édifiées dans l’axe de la place.

La statue de saint Venceslas à Vysehrad, photo: Stepanka Budkova
La première statue du saint patron Venceslas a été réalisée par Jan Jiri Bendl, au coin de la place Venceslas et de la rue Jindrisska, à peu près en son milieu. La statue fut toujours, jusqu’à l’année 1879, quand elle fut transportée à Vysehrad, un lieu de rencontre des Pragois dans les moments importants de leur histoire. Lors d’un tel rassemblement, au cours de l’année révolutionnaire de 1848, le grand patriote tchèque, Karel Havlicek Borovsky, proposa que le Marché aux chevaux devienne le Marché de saint Venceslas. C’est en 1865, que la place a reçu son éclairage à gaz sur toute sa longueur. En 1895, le gaz fut remplacé par l’électricité.
Photo: Stepanka Budkova
Au début, il n’y avait pas d’arbres sur la place Venceslas. Les premiers platanes furent plantés, dans le bas de la place, en 1876, mais ils ne résistèrent pas au rude climat et furent remplacés, dans 1890 par des peupliers argentés. Ces arbres beaucoup plus résistants bordent toujours la place Venceslas de nos jours…

C’est en 1890, qu’en haut de la place Venceslas, fut construit le Musée national. La place, en grande partie réservée aux piétons de nos jours, a connu la circulation des tramways. Le premier tram tiré par des chevaux y fit son apparition en 1884. En 1900, les tramways électriques entrèrent sur la place, mais les rails étaient alors posés le long des trottoirs.

Plus tard, ils furent installés au milieu. Dans la nuit du 13 décembre 1980, le tram numéro 22 fut le dernier à traverser la place Venceslas. Après cette date, c’est le métro qui relia le haut et le bas de la place. Les voitures, par contre, n’ont pas disparu jusqu’à nos jours. Le bas de la place, autour du « petit pont », Mustek, est réservé aux piétons, des plates-bandes ont été plantées à la place des rails des tramways et une petite promenade a été aménagée autour du groupe de sculptures de saint Venceslas, sous le Musée national. Un grave inconvénient qui est un vestige de l’ère communiste : le haut de la place Venceslas est séparée du Musée national par une voie rapide… Certains projets envisagent de la faire disparaître sous terre, tout comme le retour des tramways sur la place.

Photo: Stepanka Budkova
Le monument de saint Venceslas a été édifié en 1912-1913 et c’est l’œuvre du grand sculpteur tchèque, Josef Vaclav Myslbek. Après la Première Guerre mondiale et la naissance de la Tchécoslovaquie en 1918, la place Venceslas a été le théâtre d’importantes activités. On y a construit des immeubles luxueux, des hôtels, des banques, des restaurants, directement sur la place, mais aussi dans les rues adjacentes, et les grandes avenues qui croisent le bas de la place, Na Prikope et la rue du 28 octobre qui continue par la rue Narodni et qui mène au bâtiment du Théâtre national sur la berge de la Vltava.

Revenons au monument de saint Venceslas et aux événements importants dans l’histoire de la nation tchèque dont il a été le témoin. Le 28 octobre 1918, l’indépendance nationale de la Tchécoslovaquie y a été déclarée publiquement. Sous la statue, sont inscrits dans les pavés les chiffres 28, 10, 1918. En 1939, le protectorat de Bohême- Moravie y fut proclamé. En 1945, ce fut la proclamation de la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Le 25 février 1948, un grand rassemblement populaire y exprima son soutien aux communistes, le début du régime totalitaire en Tchécoslovaquie. En janvier 1969, l’étudiant Jan Palach y choisit la mort dans les flammes en signe de protestation contre l’occupation du pays par les forces du pacte de Varsovie et, un an plus tard, le régime communiste y réprima brutalement une manifestation organisée à l’occasion de ce triste anniversaire.

Novembre 1989
Puis vint novembre 1989, les grandes manifestations de la Révolution de velours, la fin du régime totalitaire communiste, avec la participation de 250 000 personnes. A propos, combien de personnes peuvent se trouver, en même temps sur la place Venceslas ? Les études parlent de 160 000 personnes, mais sans compter les croisements avec les rues perpendiculaires ou le haut de la place sous le Musée national et la voie rapide.

« La vérité vaincra », l’un des slogans scandés par les manifestants en novembre 1989… Comme le temps passe vite, et aujourd’hui le saint patron de la Bohême, Venceslas, brille des lumières des néons des hôtels, des boutiques, des bars de la place qu’il domine, certes, mais continue d’abriter dans son ombre les gens qui s’y donnent rendez-vous. Oui, le temps passe vite et nous nous retrouverons certainement lors d’une prochaine ballade touristique à Prague pour vous présenter les prestigieux bâtiments qui bordent cette place mythique, cela sur les ondes de Radio Prague.

10
50.080828210000
14.428246020000
default
50.080828210000
14.428246020000