La Semaine de l'accouchement respecté se tient du 7 au 13 mai à Prague

'L'art d'accoucher', photo: CTK

Pour la deuxième fois cette année, la Tchéquie s'est ralliée à la Semaine mondiale pour l'accouchement respecté. L'idée de la démarche, née en France, est de sensibiliser l'opinion sur le phénomène de l'accouchement et d'informer sur les nouvelles tendances dans l'obstétrique.

'L'art d'accoucher', photo: CTK
Le taux de natalité toujours assez bas, la part croissante d'accouchements par césarienne - plus de 20%, au détriment des naissances par voies naturelles, le peu de respect de la liberté de choix du lieu d'accouchement, mais aussi la politique de l'Etat à l'égard de la famille, toutes ces questions sont abordées lors de la Semaine mondiale pour l'accouchement respecté qui se tient du 7 au 13 mai à Prague.

'L'art d'accoucher', photo: CTK
Le thème de l'année 2007 : la naissance respectée et la promotion du label de qualité proposé par l'initiative pour les maternités amicales. Selon l'Union tchèque des sages-femmes qui l'organise, la Tchéquie détient l'une des meilleures places au monde quant à la mortalité périnatale, des réserves persistent toutefois au niveau du confort des mères, de la qualité de la naissance et de l'impression vécue, souligne Dagmar Sucha, présidente de l'Union :

« Ce qu'il faut changer, c'est en premier lieu l'attitude peu humaine des professionnels. Ensuite, c'est de ne pas faire de l'accouchement une affaire moderne, commercialisée, au contraire, il faut réaffirmer que c'est un phénomène tout à fait naturel, donc revenir à son origine, son fondement maternel. »

'L'art d'accoucher', photo: CTK
Ce que l'Union des sages-femmes critique, c'est l'approche hostile, voire frileuse, de certains établissements médicaux qui appliquent des procédés se référant aux arrêtés et recommandations du ministère de la Santé, mais qui ne tiennent pas compte des désirs des mères et de leurs droits. L'accouchement est souvent provoqué artificiellement, alors que 80% des accouchements ne nécessitent pas une intervention.
'L'art d'accoucher', photo: CTK
Les femmes n'ont pas la liberté de choix du lieu d'accouchement. La première maison de naissance vient d'ouvrir, mais la législation actuelle ne permet pas que les sages-femmes y pratiquent les accouchements. De même, il n'y a pas de législation autorisant les sages-femmes à accompagner les accouchements à domicile.

La Semaine mondiale pour l'accouchement respecté se veut donc être une occasion de réaffirmer que la naissance est avant tout un phénomène social et naturel. Selon le rapport publié par l'Institut des statistiques médicales, en 2005, 17% des 100 500 accouchements en République tchèque ont eu lieu par césarienne. Depuis, leur nombre a dépassé 20% et la tendance est à la hausse. Pour changer cet état des choses, une exposition « L'art d'accoucher » est installée au Palais des foires, et l'accouchement naturel est le thème d'un congrès international qui s'y tient jusqu'à samedi.