La situation de l'enseignement supérieur tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png

L'enseignement supérieur, en République tchèque, souffre d'un manque de pédadogues. Un constat du recteur de l'Université Charles, Ivan Wilhelm, sur les pages d'une récente édition du quotidien Pravo. Par rapport aux pays de l'OCDE, il s'agit d'un déficit de 30% environ. Un autre problème grave : les corps pédagogiques universitaires vieillissent irrésistiblement. Les conditions financières sont à l'origine de cet état de choses. Force est de constater, en effet, que les salaires que touchent les enseignants universitaires ne peuvent guère satisfaire les jeunes candidats potentiels d'une carrière universitaire. L'année dernière, le salaire mensuel moyen d'un pédagogue universitaire a été de 18 500 couronnes, l'équivalent de près de 3 000 FF... Le recteur de l'Université Charles, qui est la première université tchèque, déplore également la capacité de l'immobilier dont disposent les écoles supérieures tchèques. Elle est tout simplement insuffisante. Ceci dit, l'enseignement supérieur peut se vanter d'un succès indéniable. Selon Ivan Wilhelm, il a su édifier un réseau d'information académique dont le niveau dépasse considérablement la moyenne, dans le domaine concerné, dans les pays de l'Union européenne.