La Tchéquie face à la montée du diabète

r_2100x1400_radio_praha.png

Le 14 novembre est la Journée mondiale du diabète. En République tchèque, où cette maladie est très fréquente, de nombreuses manifestations ont été organisées à cette occasion, dont deux grandes marches contre le diabète à Prague et à Plzen et des dizaines d'autres dans des villes de moindre importance. L`objectif des participants était de sensibiliser la population au danger du diabète et de démontrer que le changement du mode de vie est la meilleure prévention contre cette maladie.

737 000 diabétiques vivent actuellement en République tchèque, soit plus de 7 % de la population, et 50 000 nouveaux cas sont dépistés chaque année. Depuis 1975, le nombre des malades souffrant de diabète a triplé et si cette augmentation alarmante n'est pas stoppée, dans cinq ans il y aura en République tchèque 10 % de diabétiques. On estime qu'il y a probablement 300 000 diabétiques de plus qui ignorent leur état de santé, donc des malades chez qui le diabète n'a pas encore été diagnostiqué. C'est pourquoi un test de glycémie sera proposé aux passants de plusieurs grandes villes tchèques, de dimanche à mardi, dans un laboratoire installé sous une tente. Selon un des meilleurs diabétologues tchèques, Milan Kvapil, la maladie est souvent découverte très tard car elle peut être ignorée pendant une période allant jusqu'à dix ans :

« Le patient arrive à l'hôpital et il s'avère que son taux de glycémie est très élevé, ou bien, ce qui est fréquent, nous recevons des malades qui nous sont envoyés par des dermatologues parce qu'ils souffrent de mycoses. Assez souvent, nous recevons aussi des patients qui ont des troubles de vue. Tout cela, ce sont des complications tardives du diabète qui peuvent être évitées si la maladie est diagnostiquée à temps. »

Bien que le médicament pour guérir cette maladie n'ait pas encore été découvert, la médecine moderne n'est pas impuissante et les malades capables d'observer un certain régime peuvent mener une vie de qualité. Le 8 novembre dernier, l'Union des diabétiques tchèques a remis ses prix aux patients qui vivent avec leur maladie depuis 50 ans et plus. Parmi les décorés figurait par exemple Marie Prazakova, de la ville de Valasske Mezirici, qui est à l'âge de 80 ans encore capable de mener une vie active bien qu'elle soit traitée à l'insuline depuis sa trentième année. Et la recette de sa longévité en bonne forme? On doit apprendre à vivre avec le diabète et observer une certaine discipline et une certaine régularité. Ce qui est le plus important à son avis, c'est une incessante activité physique. Avis partagé par le spécialiste de l'obésité Martin Matoulek qui estime que le régime alimentaire et l'activité physique sont les moyens les plus efficaces pour prévenir cette maladie.