La Tchéquie la France et la Suède à la veille de leur présidence de l'UE

Jean-Louis Borloo, Martin Bursik, Andreas Carlgren, photo: CTK

Jeudi à Prague, les ministres de l'Environnement de la Tchéquie, la France et la Suède se sont réunis pour discuter de la préparation de la marche à suivre pour améliorer le climat et l'environnement.

Jean-Louis Borloo, Martin Bursik, Andreas Carlgren, photo: CTK
Martin Bursik pour la Tchéquie, Jean-Louis Borloo pour la France et Andreas Carlgren pour la Suède se sont exprimés pour que la protection du climat soit une priorité lors de la présidence de l'Union européenne par ces trois pays. Ce sera la France, pendant le second semestre de 2008, la République tchèque pour le premier semestre de 2009 et enfin la Suède pour le semestre suivant. Le ministre tchèque a présenté les résultats de la réunion :

« Ce qui est ressorti des négociations et qui est vraiment un résultat inattendu, est un accord sur la coopération des trois pays dans l'élaboration d'une sorte de « Feuille de route » de la politique de la protection du climat. Elle définirait cette politique commune, depuis la session printanière du Conseil de l'Europe en 2008 jusqu'à la conférence de Copenhague en 2009. Ce document sera élaboré par les trois pays, les représentants de la Commission européenne et du Parlement européen et devrait être terminé avant la fin de 2009 et présenté à la réunion de Bali qui décidera de l'avenir après les accords de Kyoto. La coordination du projet est confiée à la France, car c'est elle qui présidera la première l'Union européenne. Je suis heureux que cette réunion ait été productive et amicale. »

A propos de la réunion, le ministre français de l'Environnement, Jean-Louis Borloo a déclaré avant de prendre l'avion pour Paris :

Photo: Commission européenne
« Quelques mots seulement pour remercier Martin de cette initiative pour la coordination de ces présidences européennes qui sont extrêmement courtes et qui nécessitent donc un énorme travail de préparation en amont. Grâce à lui et la République tchèque, a eu lieu un processus de discussion pour éviter les pièges et améliorer les méthodes de travail. C'est le début d'un processus qui va être, je crois, très efficace. On a pu voir les différentes visions qui sont finalement assez convergentes. On a beaucoup travaillé pour se mettre d'accord sur une feuille de route, pour le climat, car tout le monde voit bien l'enjeu du réchauffement climatique et ses conséquences. Nous formons vraiment une troïka très engagée et très humaine, et je renouvelle mes remerciements à la République tchèque pour avoir pris cette initiative. »

En dehors des discussions sur le climat et l'environnement, les trois ministres ont également commencé les travaux sur la création d'un programme commun de 18 mois pour la présidence de l'Union européenne.