La Tchéquie membre non permanent du Conseil de sécurité de l'ONU ?

Le Conseil de sécurité de l'ONU

Martin Palous, ambassadeur de la République tchèque à l'ONU, pense que la République tchèque a de grandes chances de devenir un membre non permanent du Conseil de sécurité de l'ONU. Le vote aura lieu au mois d'octobre à New York.

Le Conseil de sécurité de l'ONU, une institution qui décide de questions des plus importantes pour l'avenir de la planète, résolutions, interventions des « casques bleus », dans les régions de tension ou de conflit dans le monde entier, compte quinze membres. Cinq membres sont permanents, les grandes puissances issues de la Deuxième Guerre mondiale : les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne, la France.

Tous les ans, cinq membres non permanents sont réélus. Cette année, c'est la Slovaquie qui représente le groupe de l'Europe de l'Est non permanent, jusqu'au 1er janvier 2008. Les membres non permanents du Conseil de sécurité sont élus par les 192 représentants des pays membres de l'ONU, lors d'un vote secret. Au mois d'octobre, deux candidats potentiels se présenteront : la Tchéquie et la Croatie. D'après l'ambassadeur tchèque à l'ONU, Martin Palous, la République tchèque aurait de grandes chances de devenir membre non permanent du Conseil de sécurité. Pourtant, la Croatie dispose d'un argument : la Tchéquie a déjà été membre non permanent du Conseil de sécurité, de 1994 à 1995, alors que la Croatie ne l'a jamais été.

D'après Martin Palous, le vote sera long. En effet, il est fréquent que l'élection d'un membre non permanent du Conseil de sécurité dure pendant des dizaines de tours. Le plus important, selon lui, est de gagner le grand nombre de voix des représentants des pays d'Afrique et d'Asie. Dans la première moitié de l'année 2009, la République tchèque présidera l'Union européenne. Ne serait-ce pas un handicap ? D'après Martin Palous, non, car justement les deux fonctions pourraient se compléter et même être profitable à l'Union européenne qui disposerait d'informations plus directes sur les activités du Conseil de sécurité. La République tchèque dispose aussi d'un avantage face à la Croatie : elle possède plus de représentations diplomatiques dans le monde et peut donc ainsi oeuvrer d'une manière plus intense pour obtenir le soutien des pays membres de l'ONU.

La mission tchèque à New York, dans le cas de l'élection de la Tchéquie à la fonction de membre non permanent du Conseil, devra augmenter ses effectifs, environ six diplomates d'après Martin Palous, mais aussi louer de plus vastes locaux. Un investissement de plusieurs dizaines de millions de couronnes, mais qui augmentera le prestige de la Tchéquie et qui sera certainement exploité lors de la présidence tchèque de l'Union européenne.